S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
«Amityville: The Awakening»: le film qu'on a déjà vu
6.8Note Finale
Note des lecteurs: (7 Votes)
1.4

En 2014, Dimensions Films dévoilait la première bande-annonce de Amityville: The Awakening. Celle-ci annonçait un retour aux sources sur la mythologie de la fameuse maison hantée. Après plusieurs problèmes de production, suivis par de nombreux reports de la date sortie, le film est finalement disponible gratuitement sur Google Play depuis le 12 octobre et ce, pour un temps limité. Une sortie limitée en salle est prévue le 28 octobre et le DVD paraîtra le 14 novembre prochain.

Belle, sa petite sœur Juliette et son frère jumeau James plongé dans un coma, emménagent avec leur mère célibataire, Joan, dans une vieille maison achetée à bon prix, afin de pouvoir mettre de l’argent de côté pour payer les soins médicaux de James. Bientôt, cependant, d’étranges phénomènes surviennent dans la maison située, en plus de la guérison soudaine de James et des horribles cauchemars de Belle. Celle-ci commence alors à soupçonner sa mère de ne pas lui avoir tout dit sur leur nouvelle demeure et réalise ensuite qu’ils ont emménagé dans la tristement célèbre maison hantée de l’affaire d’Amityville.

Les événements du film se veulent tirés de faits réels. Les actes morbides de Ronald DeFeo Jr., qui a assassiné six membres de sa famille, sont bel et bien réels, mais les mésaventures de la famille Lutz telles que racontées dans The Amytiville Horror ne sont que fiction. À plusieurs reprises dans le film, Terrence, joué par Thomas Mann (Hansel & Gretel: Witch Hunters, Kong: Skull Island), cite le livre The Amityville Horror publié en 1977, ainsi que le classique de 1979 réalisé par Stuart Rosenberg. Il parle même de la suite de 1982 ainsi que de la nouvelle version. Idée intéressante et amusante. De plus, elle augmente le réalisme du film.

Amityville: The Awakening est un divertissement pur et simple. Jennifer Jason Leigh joue extrêmement bien son rôle de mère beaucoup trop protectrice et Cameron Monaghan (Gotham) réussit à nous donner de petits frissons même s’il reste étendu sur un lit. Il n’y a absolument rien à dire contre Bella Thorne (The Babysitter). L’ambiance, l’intrigue, la direction photo et la réalisation du film sont tous très bien réussis. On peut dire que le réalisateur Franck Khalfoun (Maniac, 2012) a fait un excellent boulot.

Cependant, le visionnement nous laisse une impression de déjà-vu. Les frousses qui nous sont offertes tout au long du film nous ont déjà été servies et on voit venir les coups de théâtre du coin de la rue. La principale responsable de ce phénomène? La bande-annonce datant de 2014. Si vous avez l’intention de voir ce dernier volet de la série, restez-en loin. Non pas qu’elle soit mauvaise, bien au contraire: elle donne vraiment envie de voir le film. Le problème, c’est qu’il s’agit d’une version abrégée du film en 2 minutes et 28 secondes. Elle est montée presque chronologiquement et c’est probablement la raison pour laquelle on a l’impression de revoir un film qu’on a déjà visionné.

Tout cela n’empêche pas au film d’être un bon divertissement, Amityville: The Awakening est sûrement le meilleur film de la série après l’original. 

5 Réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.