S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Critique FNC 2016: Sadako vs. Kayako
6.5Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)
0.0

Elles sont de retour! Sadako et Kayako, nos deux fantômes japonaises préférées — respectivement de Ringu (The Ring) et Ju-On (The Grudge) — se réunissent dans un film ultime (vraiment?) où elles devront s’affronter! Si l’idée fait sourire, sachez que la production, au départ annoncée à la blague lors d’un poisson d’avril, ne se prend pas vraiment au sérieux non plus.

D’un côté, nous avons Yuri et Natsumi qui, dans le but de transférer une VHS de vidéo de mariage en DVD, font l’acquisition d’un lecteur de seconde main. Surprise lors de l’installation, une bande magnétique est déjà dans le lecteur! Oui, il s’agit bel et bien de la fameuse vidéo-cassette hantée par Sadako et Natsumi se retrouve damnée par la malédiction. De l’autre, Suzuka emménage à Tokyo pour découvrir que non loin de sa nouvelle demeure se trouve la maison maudite hantée par la gutturale Kayako et son fils. Un médium excentrique viendra aider les étudiantes à se débarrasser de leurs mauvais sorts.

sadako-kayako-posterJuste avant le début de la projection, le présentateur nous sommait de nous mettre dans la peau d’une adolescente japonaise afin de savourer le spectacle loufoque qui allait se dérouler sous nos yeux. Il n’avait pas tord. Une fois le jugement critique/technique rangé et le bouton «juste du gros fun» enclenché, il est possible de passer un très bon moment avec Sadako vs. Kayako.

Sinon, effectivement, on risque de moins apprécier. D’abord, l’interprétation n’est pas toujours au rendez-vous, à commencer par cette fillette aveugle accompagnant le médium qui, ma foi, enjambe les obstacles comme pas une! Le scénario aurait aussi gagné à quelques plusieurs remaniements. On passe beaucoup de temps sur l’intrigue The Ring tandis que celle de The Grudge semble précipité et accessoire. La connexion entre les deux trames est d’ailleurs assez mince. Et même si la magie opère toujours lorsque les fantômes sont à l’écran, on aurait souhaité une rencontre finale plus longue et encore plus épique entre nos deux chevelues.

Mais franchement, on aurait aussi pu s’attendre à bien pire de ce 12e film (!) des deux franchises réunies; franchises qui comptent à leur actif davantage de mauvais que de bon. On pourrait même dire que Sadako vs. Kayako est l’une des plus divertissantes suites (excluant les versions américaines) à avoir été engendrée jusqu’à maintenant. Au pire, le film donne envie de revisiter les originaux et autres classiques de cette ère J-Horror, révolue depuis plus d’une décennie et désormais condamnée à faire rigoler.

Mais pour celui-ci, n’oubliez pas d’enfiler vos jupettes d’écolières!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.