S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
[Fantasia 2017] 78/52: dissection d'une scène mythique
8.5Note Finale
Note des lecteurs: (1 Vote)
8.7

La mort d’une belle femme est incontestablement le plus poétique sujet du monde.

— Edgar Allan Poe

C’est sur cette citation que débute le documentaire 78/52. Le réalisateur Alexandre O. Philippe (Doc of the Dead) a eu la brillante idée d’offrir une déconstruction approfondie de la scène de douche iconique de Psycho, l’un des moments les plus marquants de l’histoire du cinéma.

Ici, les entrevues se font dans une ambiance des plus conviviales et donne l’impression d’être entourés d’amis qui s’amusent à analyser le travail d’Alfred Hitchcock. Jamie Lee Curtis (Halloween), Guillermo del Toro (Crimson Peak), Karyn Kusama (The Invitation), Neil Marshall (The Descent), Oz Perkins (The Blackcoat’s Daughter) et plusieurs autres viennent raconter avec passion l’influence du film sur leur travail ou leur vie personnelle. Les artisans sont installés dans une chambre de motel, devant un téléviseur et commentent en regardant l’extrait. Ce décor, parfaitement choisi, est filmé en noir et blanc; un excellent choix! De plus, le montage rythmé fait en sorte que l’on passe rapidement d’un participant à un autre. On n’y s’ennuie jamais.

La grande force de 78/52 est dans les interventions des experts. Ces derniers amènent l’étude déjà pointue à un tout autre niveau. L’analyse de la scène consiste en trois principales sections: le manuscrit, la musique et le montage. Chaque prise est auscultée dans les moindres détails. Chacun des objets se retrouvant dans le cadre est également expliqué. Les maniaques de l’œuvre cinématographique seront au nirvana! L’impact de la sortie du film est parallèlement discuté. À cette époque où les formes de la femme étaient peu dévoilées et où une toilette filmée était considérée comme provocateur et avant-gardiste, Hitchcock a su merveilleusement détruire ces barrières. Kusama ajoute avec pertinence que ce meurtre est la première expression moderne d’une agression du corps féminin et s’avère culturellement bien ancré dans notre inconscient. Pour preuve, la plupart des gens connaissent, sans nécessairement avoir vu l’extrait, la musique qui accompagne les coups de couteau.

Quoique principalement concentré sur la fameuse scène de la douche, le documentaire aborde également quelques autres scènes clés précédant la mort de Janet Leigh (Touch of Evil, The Fog). Timothy Standring, conservateur de musée, précise que le choix de la peinture d’où Norman Bates (Anthony Perkins, Murder on the Orient Express) espionne Marion n’a pas été faite au hasard. L’explication est fascinante. Le témoignage de Marli Renfro, doublure de Leigh et playmate, sort du lot. Elle raconte avec humour son expérience et détaille avec fierté chaque partie de son anatomie qui nous est dévoilée. Une femme excentrique et passionnante à découvrir!

Malgré un sujet extrêmement précis, 78/52 ne s’adresse pas exclusivement aux fans de Hitchcock, mais bien à tous ceux qui s’intéressent à l’univers du septième art. Le film dégage un véritable amour qui se transmet à son auditoire. Vous n’aurez d’autre choix que de vous replonger dans l’univers d’Alfred Hitchcock et de vous rappeler pourquoi il est le maître du suspense.

Consultez notre couverture Fantasia 2017

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.