S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Kuso: bricolage pour adultes
4.5Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)
0.0

La dernière offrande exclusive de Shudder nous provient de l’esprit tordu de Steven Ellison (crédité «Steve» au générique), mieux connu sous le nom de Flying Lotus, artiste et producteur de la scène musicale électronique. Présenté à Sundance en début d’année, une vingtaine de personnes n’ont pas pu supporter la projection et ont quitté la salle. Toujours très vendeur pour un film d’horreur…

Kuso est, à l’image de la musique de son créateur, une expérimentation qui ne suit pas de véritable filon, sinon une brochette d’événements disparates suite à un tremblement de terre dévastateur à Los Angeles. Quatre histoires surréalistes (le mot est faible) s’entremêlent donc dans la confusion la plus totale.

En effet, difficile de déceler ce qui se trame réellement à l’écran alors que l’expérience est davantage dans la forme que le fond. Et la forme nous propose surtout… des sécrétions de toutes sortes. Sang, vomit, pus (les habitants sont recouverts d’infections pullulantes), urine, excréments, sperme et autres liquides non identifiés deviennent pour ainsi dire les vedettes du film. Tout devient une bonne raison pour étendre ledit fluide dans le visage de l’autre. Rarement d’ailleurs on aura pu voir un film aussi dégoulinant.

Il est intéressant de mentionner que le co-scénariste du film, David Firth, a fait sensation sur le web ces dernières années avec, entre autres, ses vidéos en Flash d’un personnage étrange intitulé Salad Fingers. Les scènes sont donc entrecoupées d’animations complètement disjonctées, des collages sans queue ni tête, qui font passer celles de Cool 3D World pour de vulgaires films pour enfants. 

Vulgaire est d’ailleurs le mot le plus approprié pour décrire Kuso, un film qui s’apprécie sûrement davantage en groupe et sous l’influence de drogues hallucinogènes. Mais sinon, bravo pour l’originalité!

A propos de l'auteur

Anciennement de Sinistre Magazine, Marc ne peut s’empêcher de partager sa passion pour l’horreur et l’étrange. Aujourd’hui rédacteur en chef et co-fondateur de Horreur Québec, il parcourt les salles de projections et de spectacles obscures de la région de Montréal à la recherche de frissons visuels et/ou auditifs!

Articles similaires

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.