S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

L’arrivée sur Netflix de The Cloverfield Paradox, qui s’inscrit après 10 Cloverfield Lane (2016) et Cloverfield (2008), nous donne une occasion en or de se casser la tête en explorant la mythologie derrière la franchise, qui est beaucoup plus complexe qu’on pourrait le croire. Vous êtes avertis: ne poursuivez pas votre lecture à condition d’avoir vu les trois films!

Avec des recettes mondiales de plus de 170 millions de dollars selon IMDB, le premier volet de la franchise Cloverfield doit une part importante de son succès à sa campagne promotionnelle virale. Avant sa sortie en janvier 2008, le found footage de Matt Reeves avait été annoncé pour la première fois en juillet 2007 sous forme d’un teaser qui précédait les projections de Transformers au cinéma. En ne révélant même pas le titre du film, la bande-annonce a retenu l’intérêt des auditeurs qui s’en sont remis à Internet pour en savoir davantage. Les recherches menaient vers le site suivant qui, comme une toile d’araignée, nous entrainait vers une série de pistes mystérieusement reliées les unes aux autres.

L’ingrédient qui rend Slusho! si délicieux et énergisant s’appelle «seabed’s nectar»

Dans Cloverfield, nous apprenons que Rob (Michael Stahl-David) quitte les États-Unis pour le Japon, où il joindra les rangs d’une entreprise ayant commercialisé une populaire boisson énergisante nommée Slusho! – une information corroborée par le MySpace de Rob, aujourd’hui inaccessible. «Slusho! makes my stomach explode with happiness!», pouvait-on lire sur le site du breuvage fictif lors de la campagne promotionnelle du film, également inaccessible dix ans plus tard. L’ingrédient spécial, qui rend la boisson si populaire en créant une accoutumance, s’appelle seabed’s nectar (kaitei no mitsu), un «nectar» mystérieux extrait du plancher océanique. Slusho! a joué un rôle capital dans la promotion de Cloverfield: au Comic-Con de San Diego de 2007, des T-shirts à son logo furent distribués aux visiteurs qui, en s’inscrivant sur le site, recevaient périodiquement des images sonar d’un monstre sous-marin qui se dirigeait tout droit vers Manhattan.

Ledit nectar est extrait par la compagnie japonaise Tagruato, fondée en 1945. On peut penser que son extraction massive aurait réveillé le kaiju qui dormait au fond de la mer. Comme de fait, peu avant le départ de Rob, Tagruato venait d’ouvrir un nouveau puits dans l’océan Atlantique, tout près de la ville de New York. Nommé Chuai Station, le puits est détruit quelques jours seulement après son ouverture, un accident pour lequel Tagruato blâme le groupe écoterroriste T.I.D.O. Wave, qui plaide son innocence. Tagruato aurait-elle provoqué elle-même l’accident pour étouffer un scandale?

Une carte des stations de forage en mer appartenant à Tagruato

Évidemment, T.I.D.O. Wave n’existe pas, même si son site Internet pouvait être consulté à l’époque. Dans la Cloververse, cette organisation à but non lucratif s’oppose à l’extraction massive de pétrole dans les fonds marins, une opération qui bouleverse l’écosystème. T.I.D.O. est contacté par le Whistle Blower, un employé de Tagruato qui souhaite garder son identité secrète, et apprend que le but de Chuai Station n’est pas réellement de puiser du pétrole mais plutôt de dissimuler un noir et dangereux secret.

Entre 2007 et 2008, Teddy Hanssen, un membre de T.I.D.O., disparait au cours d’une opération visant à vérifier l’existence de Chuai Station et découvrir ses intentions avant son ouverture. Lors de sa mission, il envoie à sa conjointe Jamie un colis dans lequel se trouve trois items: une casquette avec le logo de Slusho!, un échantillon de seabed’s nectar emballé dans du papier d’aluminium avec la mention «Ne mange pas ça, preuve potentielle, à congeler dès que possible» et un message enregistré sur lequel il l’informe que s’il ne lui téléphone pas bientôt, ça veut dire qu’il aura été kidnappé. Jamie s’enregistre en train de déballer le paquet: cet enregistrement et d’autres sont encore disponibles sur le site jamieandteddy.com (mot de passe: jllovesth). Malheureusement, Jamie ne prend pas l’avertissement au sérieux et croit plutôt qu’il s’agit d’une manière maladroite et méchante de mettre un terme à leur relation. Après avoir contacté Tagruato, où on insiste pour obtenir son adresse, la jeune femme laisse libre cours à sa colère. Dans la huitième vidéo, on la voit manger l’échantillon envoyé par Teddy. Dans la onzième et dernière, elle semble anormalement agitée, ce qui suggère qu’elle aurait tout mangé. Quant à Teddy, on le retrouve aussi sur un Blogspot supposément créé par sa soeur, qui s’inquiète de sa disparition. Certains fans croient qu’il peut être aperçu lors de la scène du Brooklyn Bridge, tandis que Jamie est filmée endormie sur un divan lors de la fête d’adieu de Rod.

Howard Stambler était employé par Bold Futura, une filiale de Tagruato

Et 10 Cloverfield Lane? D’abord, un clin d’oeil: une affiche pour Slusho! peut être observée dans la station-service où Michelle (Mary Elizabeth Winstead) fait le plein, ce qui prouve qu’un lien existe entre les deux films. Ensuite, au moment de la sortie du film, on apprenait sur le site de Tagruato que Howard Stambler (John Goodman) avait été employé du mois en février 2016, où il travaillait comme analyste télémétrique pour la filiale Bold Futura. Bold Futura se charge de la conception, la manufacture et l’intégration de produits aux technologies avancées pour l’armée, les fabricants d’armes et…l’exploration spatiale.

Sept années de service chez Bold Futura auraient-elles incité Howard Stambler à construire un bunker en prévision de la fin du monde? Dans 10 Cloverfield Lane, Emmett (John Gallagher Jr) mentionne que Howard travaillait «dans les satellites», ce que confirme la brève biographie du personnage sur la page des employés du mois. On sait que Bold Futura a lancé un satellite en 2007, apparemment pour traquer les fragments d’un autre satellite nommé ChimpanzIII. Selon plusieurs, ce serait ChimpanzIII qu’on aperçoit s’échouer dans la mer à la fin du premier film, et son écrasement ou sa recherche aurait réveillé le monstre.

S’agit-il d’un satellite, d’un monstre ou d’une navette spatiale?

Sans s’attarder sur le sujet, il est intéressant de noter qu’il fut un temps où, si l’on tapait radioman70.com (les mots imprimés sur le chandail de Howard sur sa photo d’employé du mois), on était redirigé vers le blogue funandprettythings.com. Le mot de passe «doyouwanttotalk» nous faisait découvrir que le blogue appartenait à Howard, qui s’en servait pour essayer de prendre contact avec sa fille Megan. Même s’il ne s’agit pas d’une pièce du puzzle mythologique de Cloverfield, voici un autre coup de pub qui démontre tout le génie de la promotion de 10 Cloverfield Lane.

Êtes-vous toujours là? C’est le temps de s’attaquer à The Cloverfield Paradox, qui fait table rase des théories précédentes – même si le film leur adresse un clin d’oeil par la présence d’une figurine bubble head de Slusho! et de l’apparition du logo de Tagruato à quelques reprises. Alors que la promotion des deux premiers chapitres de la franchise gravitait surtout autour d’une quantité importante de matériel informatique qui étendait l’univers de Cloverfield au-delà du film, The Cloverfield Paradox n’a pas eu le même traitement et est plutôt arrivé comme une bombe le soir du Super Bowl, livré comme tel sur Netflix avec peu de publicité.

Seule exception: un message crypté sur le site de Tagruato. Déchiffré, il se lit comme tel:

Tokyo – January 18, 2018: Tagruato has begun development on a revolutionary new energy technology in what Ceo Garo Yoshida called a technological great leap forward for our planet. This renewable technology will take at least 4 years to complete along with another six years International regulatory bodies to bring the powerful revolutionary energy source by April 18, 2028.

Tokyo – 18 janvier 2018: Tagruato a commencé à développer une nouvelle technologie de l’énergie, dont le PDG Garo Yoshida dit qu’il s’agit d’un énorme bond technologique en avant pour notre planète. Cette technologie renouvelable demandera au moins quatre ans avant d’être terminée, puis six autres années de règlementations internationales avant d’être lancée le 18 avril 2028 pour nous offrir une source d’énergie puissante et révolutionnaire.

Une figurine Slusho! peut être aperçue sur le tableau de bord de la station Cloverfield

The Cloverfield Paradox prend place en 2028 alors que notre planète aux ressources pétrolières épuisées dépend d’un immense accélérateur de particules pour s’alimenter en énergie. L’appareil, probablement conçu par Tagruato, est si puissant qu’il ne peut être activé sur Terre. Après deux années d’essais infructueux dans l’espace, l’équipage de la station spatiale Cloverfield parvient enfin à l’enclencher, ce qui déclenche une série de catastrophes. Au début du film, Ava Hamilton (Gugu Mbatha-Raw) entend au journal télévisé un auteur mettre en garde contre l’utilisation de l’accélérateur, dont la puissance pourrait rompre la membrane de l’espace-temps et crée ce qu’il appelle un paradoxe Cloverfield: la collision de réalités parallèles et du passé, du présent et du futur, qui ne peut que générer du chaos, peut-être même éveiller des monstres et des démons.

Et c’est bien ce qui s’est passé, non? L’activation de l’accélérateur de particules a eu pour résultat l’arrivée dun monstre (ou de plusieurs monstres) sur la Terre, pas seulement en 2028 mais aussi en 2008 et en 2016. De fait, il se pourrait même que les évènements des trois films prennent place simultanément mais dans des dimensions différentes et que le monstre du premier film, surnommé Clover, soit le même que celui du dernier. Dans Cloverfield, Clover serait un bébé de la taille d’un gratte-ciel; dans The Cloverfield Paradox, il aurait atteint sa taille adulte, dépassant les nuages.

Quant au «satellite» qui s’échoue dans la mer, il pourrait s’agir de Clover lui-même ou simplement de la navette transportant Hamilton et Schmidt (Daniel Brühl) à la fin du film. Il semble aussi possible que l’accélérateur ait propulsé Clover dans l’océan à l’ère préhistorique, où il se serait nourri de seabed’s nectar jusqu’à ce qu’il soit prêt à prendre Manhattan d’assaut en 2008.

Le quatrième volet de la franchise, Overlord, devrait arrivé en salles en octobre 2018. Son synopsis annonce un récit en lien avec des expériences menées par des soldats nazis en 1944, déchaînant ainsi des forces surnaturelles. Rappelons que, comme Tagruato aurait été fondée en 1945, ce nouveau chapitre de la saga pourrait enfin boucler la boucle. On l’espère!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.