S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Sur le seuil, de Patrick Senécal
9.3Note finale
Note des lecteurs: (2 Votes)
9.2

Publié par les éditions Alire en 1998, Sur le seuil est le troisième roman de Patrick Senécal et la première de ses oeuvres à être adaptée au grand écran. C’est un roman d’horreur fantastique, qui traite d’aliénation mentale et de satanisme. Devenu l’un des romans phares de l’auteur, ce livre en est présentement à son 13e tirage avec près de 70 000 copies vendues. Des chiffres impressionnants pour un auteur québécois. En 2007, Sur le seuil remporta d’ailleurs le prix Masterton (meilleur roman fantastique francophone).

 

Jetons un rapide coup d’oeil au quatrième de couverture:

Il se nomme Thomas Roy. C’est l’écrivain le plus adulé du Québec. Invité régulier des talk-shows, la parution de ses romans d’horreur est toujours un événement médiatique majeur. Or, voici qu’on le retrouve chez lui, horriblement mutilé et catatonique. Tentative de meurtre ou suicide manqué ?

Pendant que la police enquête, Roy est placé en observation dans un hôpital de Montréal. Paul Lacasse, le psychiatre qui traite l’écrivain, considère au départ le cas comme assez banal. La découverte de faits troublants l’oblige cependant à reconsidérer petit à petit son opinion.

Bientôt, ce sont toutes ses certitudes, tant personnelles que professionnelles, qui chancellent. Car, au-delà du drame de Roy, quelque chose de terrifiant se dévoile lentement, quelque chose d’inimaginable et aux conséquences monstrueuses…

Sur le seuil : un suspense d’une redoutable efficacité, écrit par celui que plusieurs considèrent déjà comme le maître du roman d’horreur québécois.

 

Ma critique de Sur le seuil, de Patrick Sénécal

Sur le seuil présente un scénario terriblement efficace, qui accroche rapidement le lecteur, devenant de plus en plus étrange avant de basculer complètement dans l’horreur.

Le roman débute d’un pas plutôt lent, alors que le lecteur découvre la vie d’un psychiatre blasé qui pense à la retraite, ne s’étonne plus de rien et ne croit plus vraiment en ce qu’il fait. Ce dernier découvre alors le cas de Thomas Roy; un écrivain célèbre qui est interné sous les soins du psychiatre. Commence alors une série de péripéties que l’auteur nous laisse savamment deviné, donnant toujours suffisamment d’indices pour que le lecteur puisse anticiper la suite de l’histoire. On entrevoit donc ce qui nous attend, mais sans réellement le comprendre et Senécal ne manquera pas de nous surprendre de nouveau.

Le scénario semble parfait; l’introduction développe efficacement l’attachement du lecteur envers les protagonistes, une approche intéressante des tourments du psychiatre et finalement une écriture simple qui permet à l’auteur d’augmenter graduellement le rythme de lecture vers une finale effrénée.

Plusieurs critiquent cette écriture simpliste de Patrick Senécal et non sans raison. Ce dernier ne fait pas dans les acrobaties littéraires; il parle dans un jargon commun, avec un langage simple et rarement enrichi. Cela a l’avantage indéniable de mettre le lecteur en confiance et ce dernier se laisse plonger dans sa lecture, d’où il ne souhaitera plus sortir. Car croyez-moi, Sur le seuil est un ouvrage difficile à déposer. On ne le laisse pas moisir sur la table de chevet.

Mais surtout, il s’agit d’un véritable roman d’horreur, déguisé derrière un thriller psychologique à saveur de roman policier. Ayant lu ce roman une première fois il y a peut-être quinze ans, sa relecture m’a permis de réalisé à quel point les bons romans d’horreur sont rares. Avec la publication de cette oeuvre en 1998, Patrick Senécal démontrait qu’il allait devenir l’un des plus grands auteurs d’épouvante du Québec. Je donne donc à ce livre la note de 9.3/10, et j’ai vraiment hâte de découvrir le roman qui le déclassera.

Je recommande vivement ce bouquin…

 

Dédicace de Patrick Senécal

Dédicace de Patrick Senécal

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.