S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
The Crucifixion: foi et châtiment
6.2Note Finale
Note des lecteurs: (1 Vote)
1.9

Une journaliste tente de mettre en lumière la mort étrange d’une religieuse, survenue lors d’un soi-disant exorciste effectué par un prêtre inquiétant.

Réalisé par Xavier Gens, qui s’est forgé un culte indéniable avec ses films précédents (Frontière(s),The Divide), The Crucifixion tente de mettre en parallèle la maladie mentale et la réelle possession tout en questionnant l’importance et la valeur de la foi. Le sujet n’en est pas à ses premières ébauches, et sans vouloir le renouveler réellement, les scénaristes proposent ici et là quelques pistes d’enquête amusantes.

Malheureusement, cela ne réussit guère à relever le côté plus artificiel au suspense amené, renchéri par l’absence totale de surprises. Ancrer l’action dans un pays lointain entraîne aussi quelques incohérences qui nuisent à la crédibilité du récit, que l’on dit authentique. Relevons par exemple le cas de cette aisance des personnages à parler un anglais un peu trop soutenu. Les différents épisodes de l’intrigue se déploient donc à travers une strate plus factice. Tôt ou tard, le spectateur moindrement cinéphile en vient à trouver le temps long à force de voir quelque chose qu’il a déjà vu des dizaines de fois, et à combiner certaines grosses ficelles.

En revanche, Gens fait montre d’un certain savoir-faire dans sa mise en scène et on se surprend à embarquer assez rapidement dans l’histoire. La Roumanie offre un paysage si propice à son histoire qu’il semble devenir malléable sous la caméra du cinéaste. On se croirait presque confronté à la quintessence du studio Full Moon, où certains maîtres ont su camoufler les lacunes budgétaires dans la splendeur de décors étrangers.

Il faut bien admettre que le réalisateur nous réserve également quelques passages saisissants. Qu’on ne croit ou non à la véracité des exorcismes, et à défaut d’être subtil, on nous réserve des effets-chocs efficaces. Dans le premier rôle, la jeune Sophie Cookson est plus qu’acceptable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.