S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

En 2013, suite à la fusillade de l’école primaire Sandy Hook qui avait fait 27 morts, la plupart âgés entre six et sept ans, l’auteur Stephen King avait publié un essai intitulé Guns, dans lequel il critiquait la régulation inefficace des armes à feu de nos voisins du sud. Les profils générés par la vente de l’e-book, disponible uniquement en format Kindle chez Amazon, étaient versés à l’organisme Brady Campaign to Prevent Gun Violence.

Le magazine français America a récemment annoncé qu’une traduction française de l’essai serait publiée dans son numéro de janvier 2018, qui portera sur la violence aux États-Unis. On peut donc espérer que la traduction sera également disponible sur Amazon sous peu…

Fier démocrate, Stephen King n’a jamais hésité à remettre en question le lobbyisme de la NRA, soit l’association responsable de la promotion des armes à feu aux États-Unis. En plus de critiquer cet organisme et de proposer ce que l’auteur dit être des «mesures raisonnables» au problème, Guns discute aussi du roman Rage, dont King a interdit la réimpression après avoir appris que sa lecture aurait motivé les auteurs d’au moins cinq fusillades dans des écoles secondaires. Publié en 1977, Rage est le premier roman écrit sous le pseudonyme Richard Bachman. Il raconte le meurtre de deux enseignants et la prise d’otage d’une classe par un étudiant frustré de son expulsion. À force de discuter avec leur geôlier, les étudiants finissaient par s’identifier à lui et s’unissaient pour attaquer le seul d’entre eux à s’opposer encore à la situation, le laissant dans un état catatonique, avant que le jeune homme se rende finalement aux autorités.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.