Sang et jeans sur le plateau du slasher québécois Slaxx

Le tout nouveau slasher québécois Slaxx est présentement en tournage dans la région de Montréal. Dans le synopsis, une jeune caissière travaille aux côtés de collègues branchés dans un magasin de vêtements à la mode et est témoin des morts macabres de ses collègues. Le responsable? Une paire de jeans griffée!

Slaxx affiche film

Horreur Québec a eu la chance d’aller visiter le plateau pour s’entretenir avec les acteurs et créateurs du film. Voici ce qu’on a appris:

Un projet qui a débuté il y a 18 ans

Le premier scénario de Slaxx a en effet été écrit il y a maintenant 18 ans. Pour Patricia Gomez, co-scénariste, beaucoup de choses ont changé depuis: «Pour moi c’est devenu un tout autre film. Au départ, c’était vraiment un slasher typique avec du sang, du sang et que du sang. Avec le temps — peut-être avec l’âge aussi! — on s’est dit qu’on pouvait faire beaucoup plus avec l’idée. Et les thèmes sont devenus vraiment clairs: le commerce responsable, la “fast fashion“, qui tue littéralement des gens à l’étranger, etc. Aussitôt qu’on a vu le scénario sous cet angle, ça a cliqué.»

Elza Kephart, également scénariste et réalisatrice du film, explique que c’est suite au visionnement du documentaire The True Cost que les choses ont débloqué: «J’avais toujours Slaxx en tête et quand j’en parlais aux gens, ils me disaient que je devais absolument faire le film. En 2017, j’ai vu le documentaire, sur la fast fashion et tous les problèmes que ça cause dans la société, et tout s’est mis en place dans ma tête. De nouveaux personnages et enjeux sont nés, etc. On a tout réécrit pendant un mois environ. Ensuite tout a déboulé.»

Entre en scène Anne-Marie Gélinas, de la compagnie de production EMA Films, qui nous a offert Radius et Turbo Kid dans le passé. C’est lors de la présentation du projet au marché de production Frontières que les femmes se sont rencontrées: «Un film à propos de jeans tueurs? À quoi peut-on comparer ça? Rien! C’est ce qui m’a excité dans le projet. Et que ce soit deux femmes scénaristes, puis une réalisatrice, nous sommes également deux productrices, et le commentaire social et politique… Il y a tellement de slashers, mais c’est ce qui rend celui-ci vraiment unique.», explique la productrice.

Slaxx tournage Elza Kephart
La réalisatrice Elza Kephart sur le plateau de tournage

Organique et horrifique

La Québécoise Romane Denis, qu’on a pu voir l’an dernier au cinéma dans Les salopes ou le sucre naturel de la peau et Charlotte a du fun, incarne le rôle de Libby, une jeune fille naïve et innocente qui vient travailler dans ce magasin de la giga-corporation organique et sans OGM nommée CCC (Canadian Cotton Clothiers). «L’ambiance installée est vraiment weird. Ça ne saute pas aux yeux tout de suite, mais tout est un peu off dans le magasin. Mon personnage vient travailler là parce qu’elle veut faire une différence. Elle est confrontée à Craig, le gérant, qui prend ça très au sérieux et qui la regarde de haut. On joue beaucoup là-dessus; elle qui se sent toute petite face à l’énorme machine. Et aussi physiquement. Je suis très petite comparé aux autres acteurs. Les jeux de caméras viennent accentuer le fait que les autres sont imposants. Je prends même une plus petite voix. Au départ, Libby devait être en surpoids, mais finalement, elle s’avère juste être une silhouette qui ne cadre pas dans le domaine de la mode.»

Pour Brett Donahue (Radius, Total Recall 2012), qui joue le gérant insupportable et qui compte déjà plusieurs productions fantastiques à son actif, le défi était intéressant: «J’ai fait des rôles en science-fiction déjà, mais ce scénario est complètement autre chose. J’étais même un peu inquiet la première fois où je l’ai lu. Je me demandais comment ils allaient rendre certains aspects. Mais la beauté de la chose c’est que ce n’est pas seulement de l’horreur campy. Ça traite d’un sujet troublant et c’est très effrayant! Et ce qui m’a rassuré, c’est quand j’ai su que tous les effets spéciaux allaient être pratiques. C’est vraiment là où la magie opère!»

Patricia Gomez avoue s’être inspirée de ses nombreuses années en tant que vendeuse chez GAP et des gérants un peu zélés avec qui elle a travaillé pour créer le rôle. L’équipe a également eu la chance de tourner avec l’acteur américain Stephen Bogaert, qu’on a pu voir dans It et American Psycho, qui joue le grand patron de cette compagnie, un rôle également à surveiller.

Brett Donahue Romane Denis Slaxx
Les acteurs Brett Donahue et Romane Denis

Un vrai slasher sanglant

Pour les créatrices qui nous ont offert le film de zombies Graveyard Alive en 2003, Slaxx est définitivement un slasher conventionnel: «On suit vraiment les codes classiques du slasher. On a cette force vengeresse qui sévit et c’est également un huis clos où les personnages sont tués un à la suite de l’autre, etc… Il y a toutefois un petit twist à un certain moment dans le film, quand on comprend pourquoi ces pantalons tuent. Puis ensuite ça finit bien. Je dis que ça finit bien, mais ça dépend pour qui. Surtout pour les gens qui aiment les slashers!», commente Elza Kephart.

Les fameux Blood Brothers, qui ont pu travailler sur des films comme Les Affamés, Turbo Kid ainsi que le prochain Aquaslash, s’occupent des effets sanguinolents. L’équipe se préparait d’ailleurs à tourner les premières scènes plus corsées lors de notre passage. L’idée serait davantage de dégoûter et déranger le spectateur, plutôt que de le faire rire avec des effets extravagants, comme on a pu voir avec Game of Death, par exemple. Certaines scènes seront bien sanglantes, mais on s’attarde davantage sur la façon dont ces fameux jeans opèrent. La réalisatrice promet tout de même au moins une scène «extraordinairement gore», mais garde évidemment la surprise.

Les jeans — il s’agit la marque montréalaise Naked & Famous! — ne seront effectivement pas en CGI, ni aucun des effets spéciaux du film d’ailleurs. Et les pantalons ne font pas simplement que bouger, ils sont littéralement habités. Les acteurs ont eu la chance de les voir à l’oeuvre déjà et affirment avoir été très impressionnés: «On ne peut pas beaucoup parler de la paire de jean, mais on l’a vu et je vous jure, elle est vraiment effrayante!», commente Romane Denis. «C’est beaucoup plus que ce à quoi vous vous attendez. Ils ont presqu’un langage de mouvement complet. On est loin de Attack of the Killer Tomatoes!», ajoute Brett Donahue.

Patricia Gomez Anne-Marie Gélinas Slaxx
La co-scénariste Patricia Gomez et la productrice Anne-Marie Gélinas

Même si les effets sont pratiques, le projet nécessitera une grosse post-production. L’équipe espère donc pouvoir terminer le film pour la fin de l’année et compte ensuite soumettre le film pour une tournée de festival. Pour les créatrices, l’apothéose serait de pouvoir le présenter en grande première à Fantasia en 2020. On se croise les doigts! Une sortie en salle est également au programme. Horreur Québec continuera de suivre l’évolution de Slaxx de très près dans les prochains mois.

Slaxx équipe
L’équipe de Slaxx

Merci à Frédéric Chalté pour les photos.

Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.