S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Avec la sortie tant attendue de The Strangers: Prey at Night, nous avons pensé jeter un regard sur ce que l’on appelle dorénavant le home invasion. Ce concept assez simple est devenu, avec le temps, un véritable sous-genre de l’horreur. Plusieurs créateurs ont su bien utiliser cette idée d’intrusion à domicile pour offrir des films à glacer le sang.

Nous tenons à spécifier que, pour cette liste, nous avons essayé de cibler des films fondateurs du sous-genre, ou encore des oeuvres s’ancrant entièrement de ce moule. Nous sommes conscients que des longs-métrages monumentaux comme A Clockwork Orange, Haute Tension, ou même le très récent Better Watch Out renferment des passages propres au sous-genre, mais notre objectif a volontairement été d’isoler certains purs sangs. La démarche devait cibler des long-métrage où l’agression de domicile était le centre ou encore un point culminant du récit.


10 – The Strangers (2008) de Bryan Bertino

Même si le film pâlit lorsqu’on le compare à l’excellent Ils, personne ne peut rester de marbre devant l’ambiance glaciale, les masques stylisés, et le jeu solide d’acteurs chevronnés proposé dans The Strangers. Un véritable film d’horreur.

9- The Purge (2013) de James DeMonaco

Même s’il présente quelques maladresses au niveau de l’exécution, ce film a eu le mérite d’implanter une idée aussi terrifiante que malsaine qui ne semble pas sur le point de s’éteindre, si on pense à la suite et à la série en chantier. Le premier volet est celui qui s’encre le mieux dans ce que l’on surnomme le home invasion, mais la franchise s’améliore d’épisode en épisode.

8- You’re Next (2011) d’Adam Wingard

La véritable force de You’re Next ne provient pas juste du mélange adéquat d’horreur et de comédie, mais bien du suspense qui précède chacun des meurtres. Le long-métrage se veut une dérivation forte efficace entre le slasher et le home invasion. Malgré une grappe de qualités indéniables (dont un retour en force pour l’actrice Barbara Crampton), on peut tout de même se demander si la finale ne manque pas un peu de mystère. Le film a tout de même de quoi compenser.

7- À l’intérieur (2007) de Julien Maury et Alexandre Bustillo

Une invasion de domicile qui met en scène une femme enceinte seule, endeuillée et dépressive possède déjà plusieurs atouts pour rendre une audience mal à l’aise. En y ajoutant la prestation extrêmement sentie de Béatrice Dalle, nous sommes confrontés à un très grand film d’horreur.

6- Ils (2006) de David Moreau et Xavier Palud

Une intrusion de domicile des plus terrifiantes, un suspense haletant et une finale aussi dérangeante que réaliste. Ce film devient l’argument numéro un par les détracteurs de The StrangersIls a non seulement un synopsis semblable, mais propose aussi certaines imageries qui seront repris dans le film américain. Inspirés par des faits divers, les deux films se ressemblent énormément. Hasard? Plagiat? Peu importe au fond, puisque nous ne le saurons jamais. Il n’en reste pas moins que Ils est moins sclérosé par certains clichés américains et l’ensemble a plus de mordant.

5- Funny Game (2007) de Michael Haneke

Même s’il est légèrement inférieur à son film original (peut-être uniquement parce que la surprise est moins grande), ce remake réalisé par Haneke lui-même a beau être une copie conforme de sa version originale, le film n’en est pas moins fabuleux. Pourquoi ajouter ce titre si sa version originale lui est supérieure? Parce que cette version américaine surpasse tout de même la plupart des home invasion qui sont produits. Il faut bien admettre que Naomi Watts et Tim Roth apportent une dimension unique au récit.

4- Wait Until Dark (1967) de Terence Young

Le réalisateur Terence Young a eu l’ingéniosité de confier le rôle principal de son film à Audrey Hepburn, qui en a fait un classique. En jeune femme aveugle traquée par des criminels à son domicile, cette légende Hollywoodienne crève littéralement l’écran, et s’est vue nominer aux Oscars pour sa prestation. Le suspense y est merveilleusement bien ficelé, et l’ensemble nous reste en tête longtemps.

3- Night of the Living Dead (1968) de Georges A. Romero

Outre le fait d’être un long-métrage emblématique du home Invasion, ce classique de Georges A. Romero demeure aussi efficace 50 ans après sa sortie. Évidemment, l’intrusion provient de morts-vivants. Cela dit, le film instaure une panoplie de thèmes qui seront répétés dans plusieurs film qui suivront.

2- Funny Game (1997) de Michael Haneke

La filmographie sans fausse note du grand Haneke bouillonne de passages inquiétants. Dans ce film déboussolant, deux psychopathes séquestrent une famille. Haneke propose un film d’une dureté implacable. Le réalisme qui en découle en devient insupportable et le paradoxe ingénieux qu’il dresse entre réalité et cinéma devient diaboliquement au service des psychopathes.

1- Straw Dogs (1971) de Sam Peckinpah 

Ce classique de Sam Peckinpah représente à lui seul la quintessence de ce qu’on appelle aujourd’hui le home invasion. Oubliez le minable remake de 2011 et plongez dans cette lente, mais si délectable descente aux enfers. Le siège final est sans pareil et doit énormément au jeu sans failles de Dustin Hoffman.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.