project wolf hunting film e1676989101633

[Critique] Project Wolf Hunting: un navire marchand, 47 truands et 2500 litres de sang

Le thriller d’action sud-coréen Project Wolf Hunting, paru dernièrement en vidéo sur demande, n’est sûrement pas passé inaperçu sur le radar des amateurs.trices de gore outrancier. Présenté en première mondiale lors du dernier TIFF, le film du Kim Hong-sun enferme ensemble des dizaines de détenus pour un bain de sang extrême et divertissant, mais qui ne relève pas la formule d’aucune façon.

Une flotte de criminels endurcis se voit déportée des Philippines à la Corée du Sud à bord d'un cargo après qu'un transfert de prisonniers par voies aériennes se soit mal déroulé quelques années plus tôt. À bâbord, un dangereux meurtrier orchestre son évasion et déclenche une émeute tandis qu'à tribord, une terrible créature dotée d'une force surhumaine anéantit quiconque croise sa route. 
Project Wolf Hunting affiche film

Si vous cherchez de l’hémoglobine, vous êtes à la bonne place. Le cinéaste mentionne avoir eu recourt à quelques 2,5 tonnes (environ 2500 litres) de faux sang lors du tournage, et préparez-vous à voir chacune de ces gouttes: les jugulaires sont percées, les membres volent de part et d’autre et les corps deviennent de véritables passoires sous les balles durant ces deux heures d’action presque non stop. Le spectacle violent amuse toutefois davantage qu’il dégoûte avec ses giclées excessives, et certains autres moments caricaturaux frôlent carrément le ridicule. Heureusement que l’ensemble ne se prend pas au sérieux.

Mais si ça saigne, les combats du métrage n’impressionnent pas outre mesure. Il faut dire que les The Raid et compagnie ont drôlement levé la barre dans le domaine ces dernières années. Néanmoins, le manque de moyens se ressent dans Project Wolf Hunting, autant lors de ces scènes d’action usuelles qu’au niveau des décors parfois élémentaires, qui procurent un look très série B à l’ensemble — une qualité pour certains.es, un défaut pour d’autres. Les effets numériques utilisés n’aident pas non plus la cause.

D’un point de vue divertissement, l’idée d’enfermer près d’une cinquantaine de dangereux détenus avec pratiquement autant de policiers au beau milieu de l’océan est carrément géniale. L’entreprise aurait dû générer une tonne d’idées saugrenues à la réalisation, mais ça n’arrive tout simplement pas. Les spectateurs.trices s’en sortent avec un enchaînement de mises à mort correct, mais confus et disjoint, alors que le scénario peine à proposer des revirements intéressants. Ce «monstre» qu’on greffe maladroitement à l’équation est très peu étoffé, et les quelques habiletés qu’on lui procure sont rapidement oubliées. Certains dénouements s’avèrent ainsi plutôt frustrants.

Au final, Project Wolf Hunting est tout de même amusant et vaut son visionnement. Si toutefois vous cherchez une croisière un peu plus transcendante qu’un simple carnage sanglant, prenez un autre bateau.

Note des lecteurs0 Note
Points forts
Le gore à outrance
L'action qui ne démord pas
Points faibles
Le faible scénario
La réalisation sans imagination
Le monstre et les combats un peu beiges
3
Note Horreur Québec
Fondateur et rédacteur en chef
Horreur Québec