[Critique] The Stylist: couper dans les scalps et la substance

Note des lecteurs0 Note
2.5
Note Horreur Québec

Qui de mieux pour confier vos secrets les plus sombres que votre coiffeuse? Vous trompez votre petit copain? Vous détestez votre mère? Pire encore, vous ne connectez pas vraiment avec votre propre fils? Votre styliste capillaire se fera un plaisir de vous écouter, sans danger de pouvoir répéter à quiconque de votre entourage.

C’est ce que propose The Stylist, relecture féminine un peu fade de Maniac, en exclusivité sur la plateforme Arrow Player le 1er mars. Najarra Townsend (Contracted), incarne Claire, une coiffeuse peu bavarde et un brin désaxée. Attention à ce que vous lui confessez; le ciseau pourrait se retourner contre vous. Olivia, une cliente et amie (Brea Grant, 12 Hour Shift , Lucky), goûtera d’ailleurs à sa médecine.

The Stylist affiche filmEn effet, difficile de ne pas faire de lien avec le classique de William Lustig, alors que The Stylist met en vedette un personnage troublé psychologiquement avec un penchant pour scalper ses victimes. Les scénaristes omettent volontairement de nous dévoiler d’où vient exactement Claire, mais également de développer ses motivations, et devant autant de vacuité, l’actrice peine à composer un portrait intéressant à suivre à l’écran. Il faut dire qu’on tente de d’approfondir la psychologie de la femme en question à l’aide d’une série de situations plutôt convenues, typiques des films de stalkers qui pullulaient dans les années 90.

La réalisation de Jill Gevargizian (Dark Web) s’avère attrayante et colorée, mais ne réussit pas non plus à nous entraîner dans la folie de son personnage. La mise en scène est complètement dépourvue de suspense et s’inspire des slow-burn qui ont la cote ces derniers temps, sans toutefois jamais investir le spectateur. Le résultat laisse toutefois croire qu’avec le bon scénario et les bons chèques, la cinéaste pourrait éventuellement nous pondre un petit bijou.

C’est que The Stylist est inspiré du court-métrage de 2016 acclamé de Gevargizian et s’ajoute à la longue liste d’adaptations qui ne réussissent pas complètement leur passage au format long. Excessivement prévisible, la scène finale fait sourire, mais souligne plutôt bien ce manque de substance.

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.