[Fantasia 2019] The Lodge: le meilleur pour la fin

Note des lecteurs2 Notes4.55
4.5
Note Horreur Québec

Qu’est-ce qui se produit lorsque deux enfants se retrouvent coincés en pleine tempête de neige dans un chalet en compagnie de leur nouvelle belle-mère, qu’ils soupçonnent d’être un tantinet déséquilibrée? Rien de bon, croyez-nous! C’est ce que vivront Aidan (Jaeden Martell, It) et Mia (Lia McHugh, Eternals), alors que leur père doit quitter pour travailler pendant les vacances de Noël. Sa nouvelle compagne en question présente un passé pour le moins inquiétant.

Fantasia nous a gardé le meilleur pour la fin. Le film d’horreur psychologique The Lodge arrivait en première canadienne cette semaine en fin de festival et les fans de Goodnight Mommy ont eu de quoi se mettre sous la dent avec cette première réalisation anglophone du duo autrichien Severin Fiala et Veronika Franz. Fun fact: la production américaine a été tournée dans nos hivers québécois, à Longueuil plus précisément. De quoi donner encore plus la chair de poule!

The Lodge affiche filmD’entrée de jeu, quelques thèmes résonnent avec le Hereditary d’Ari Aster, notamment au niveau du deuil, du sujet de la secte ainsi que de la réciprocité de la maison de poupées, mais The Lodge mise sur l’effet d’isolement (on salue The Thing au passage, mais The Shining aurait été plus juste) pour créer son malaise. La mise en scène souligne habilement la froideur de la situation avec des plans lents et rapprochés et des effets sonores de vent et de bois qui travaille dans ce chalet perdu au milieu de nulle part.

On joue très bien ici avec nos nerfs, mais avec notre tête également. Le scénario prose des retournements qui viennent brouiller les cartes et ce à quelques reprises. Qui doit-on craindre? Réalité ou délire? En tant que spectateur, on se retrouve aussi dépassé par les événements que cette belle-mère, incarnée avec brio dans ce huis clos glacial par Riley Keough (Mad Max: Fury Road, It Comes At Night). À ce sujet, la performance des jeunes acteurs est également à souligner. Les pleurs de Lia McHugh viennent fendre le cœur à plus d’une reprise et Jaeden Martell, qui joue son frère, est parfait en pré-adolescent un brin contestataire.

Trop souvent, le passage de cinéastes talentueux de l’horreur étranger ou indépendant vers Hollywood se fait par le biais de remakes de qualité douteuse (Kevin Kölsch et Dennis Widmyer pour Pet Sematary, Neil Marshall avec Hellboy, Adam Wingard avec Blair Witch). En plus de proposer un scénario original, The Lodge reste longtemps avec nous grâce à sa finale dévastatrice. Il s’agit non seulement de l’un des meilleurs films de cette sélection 2019, mais également l’une des propositions les plus angoissantes de l’année. Frissons garantis.

Consultez notre couverture Fantasia 2019
Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.