12 hour shift 1 27203

[Fantasia 2020] 12 Hour Shift: du mauvais théâtre d’été sanguinaire

Note des lecteurs0 Note
1.5
Note Horreur Québec

Nous sommes en 1999 et au cours d’un quart de travail de douze heures dans un hôpital de l’Arkansas, une infirmière toxicomane (Angela Bettis, May) et sa cousine (Chloe Farnworth, Pentagram) font affaire avec des criminels marchands d’organes sur le marché noir. Bien entendu, une suite d’événements horribles, de rebondissements rocambolesques et de choix douteux placeront notre infirmière au cœur de situations qui tourneront très mal.

Ne tournons pas autour du pot: Brea Grant (Best Friends Forever) nous offre une comédie noire insipide où des malheurs s’empilent à la pelletée. C’est fou à quel point le spectateur ne s’identifie à aucun de ces personnages insignifiants, peu crédibles et loin d’être attachants. Grant met dans la bouche de ces rednecks des dialogues ennuyeux et qui tombent souvent à plat. Si seulement l’action y était palpitante. Malheureusement, on nous sert une série de situations clichées où tout tourne toujours mal. Le résultat manque cruellement de finesse et d’intelligence.

12 Hour Shift affiche filmÉtrangement, ce sont ces moments musicaux qui fonctionnent le mieux. Deux petites scènes viennent sauver légèrement la mise: celle où une infirmière chante et une autre où l’ambulancier danse. La trame sonore, trop peu présente, vient mettre un peu de vie avec ses chants à résonance grégorienne. Peut-être que le scénario aurait mieux fonctionné en comédie musicale? La question se pose certainement.

Il y a un certain buzz concernant le retour de Bettis au genre horrifique et c’est tout à fait compréhensif avec le talent qu’elle possède. Dans ce cas, l’actrice fait de son mieux avec le matériel qu’on lui a offert, mais a tout de même l’air de s’emmerder par moments. On avait de plus annoncé la présence de David Arquette (You Cannot Kill David Arquette) à la distribution, mais ne vous attendez pas à le voir énormément: l’homme n’y fait que quelques minimes apparitions. Tout cela est dommage, car il incarne bien son personnage de psychopathe. Du gros gaspillage de talent!

À première vue, 12 Hour Shift ne prédisait pas un résultat aussi désastreux en présence des acteurs chevronnés et d’un synopsis qui avait un énorme potentiel. Malheureusement, on se retrouve coincé pendant 87 minutes dans une mauvaise pièce d’été sanguinaire.

[maxbutton id= »2″]

 

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Horreur Québec
?
Ce site Web récolte de l'information via Google Analytics. Cliquez ici pour vous exclure.
×