E8hDHPTXMAEKUdF

[Fantasia 2021] Bull: le sang réclame le sang

Note des lecteurs0 Note
3.5
Note Horreur Québec

Personne au monde n’a revu Bull depuis dix ans, mais voilà que ce criminel et tueur professionnel est de retour pour se venger de ceux qui sont responsables de sa chute. Au fil des victimes, le spectateur sera en mesure de comprendre ce qu’il lui est arrivé et d’où il revient.

Scénarisé et réalisé par Paul Andrew Williams (The Cottage), Bull a été tourné en 18 jours pendant la pandémie. Le résultat en demeure quand même assez réussi. On pourrait dire qu’il s’agit d’une exploration de la folie humaine, mais c’est surtout une sorte d’exercice à la Kill Bill, où l’enjeu numéro un semble être de passer au hachoir les anciens amis du héros. La différence est bien sûr dans le ton, puisque l’extravagance de la violence ne devient jamais une catharsis jouissive. Bull est un long-métrage austère et très cru, qui n’offre que peu de répit.

Bull affiche film

Aussi classique que soit la forme de l’intrigue, qui nous révèle lentement à l’aide de flashbacks le passé du héros, cette dernière a le mérite de progresser vers une finale surprenante, où l’horreur l’emporte sur l’action. Ce changement de genre semble accommoder un peu l’histoire, mais nous garde en selle.

Le synopsis de Bull pourrait tenir dans un biscuit chinois, et il y a eu des centaines d’histoires similaires au cinéma, depuis que Charles Bronson s’est improvisé justicier dans Death Wish. Cela dit, la quête du personnage étale devant nos yeux non seulement un fascinant portrait de gangsters britanniques, mais des personnages extrêmement étoffés. Les dialogues, souvent peu nombreux, mettent en lumière des relations intenses et complexes entre ces êtres marginaux. On ressent la mélancolie de ce tueur lorsqu’il est question de son fils et la tension qui grandit entre lui et son beau-père. C’est comme si le climat ultraviolent teintait ce cauchemar d’un humanisme flagrant.

La mise en scène est hyperstylisée et manifeste plusieurs touches artistiques fortes valables, qui ne freinent jamais les acteurs. Neil Maskell (Kill List) compose cet homme vengeur avec une sobriété désarmante. David Hayman (Vertical Limit) ne s’en laisse pas imposer dans le rôle du vilain beau-père.

Bull – Exclusive Trailer

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Horreur Québec
?
Ce site Web récolte de l'information via Google Analytics. Cliquez ici pour vous exclure.
×