lake alice banner e1503276967528

[Critique] Lake Alice: un réveillon sans véritables cadeaux

Note des lecteurs0 Note
2
Note Horreur Québec

Ayant décidé de célébrer Noël ensemble dans leur chalet isolé en forêt, une famille devient subitement la cible d’un mystérieux meurtrier.

Même si le synopsis ne proposait rien de bien nouveau, les fans de slasher n’avaient qu’à se rabattre sur certaines images du film, dont l’affiche, pour avoir un brin d’espoir. Malgré une première partie prometteuse, Lake Alice tombe rapidement dans le n’importe quoi. À une époque remplie de longs-métrages s’encrant dans le sous-genre «home invasion», il faut bien avouer que celui-ci souffre de plusieurs comparaisons, notamment avec You’re Next et le plus récent Better Watch Out.

svg%3E

Le film est la première tentative en tant que réalisateur de Ben Milliken, connu comme acteur jusqu’à maintenant (Blue Crush 2, Newcastle). Sa caméra insiste sur des détails intéressants par moments, qui se laissent toutefois engloutir par l’amalgame de clichés qu’on nous livre — autant techniques que narratifs. Il faut bien admettre qu’une fois la première partie terminée, le scénario cumule des situations aussi peu intéressantes qu’invraisemblables, pour en arriver à une finale prévisible. Si la courte durée du long-métrage peut en justifier certaines lacunes, l’absence d’un assassin charismatique n’aide en rien la facture immersive. Il n’y a pas un nouveau Jason ou un Ghostface pour nous imposer le suspense.

Dans ce fatras incongru, les acteurs sont quand même assez crédibles. Dommage qu’ils gâchent leur talent dans un film aussi vide.

 

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Horreur Québec
?
Ce site Web récolte de l'information via Google Analytics. Cliquez ici pour vous exclure.
×