[Le meilleur de l’horreur 2019] les choix de Josianne Massé

Plusieurs films intéressants n’ont pas fait mon top 10, mais méritent tout de même d’être vus, comme Crawl, qui a été encensé par Quentin Tarantino, ou encore Doctor Sleep de Mike Flanagan, qui prouve une fois de plus qu’il réussit tout ce qu’il entreprend. Même si ce dernier n’a pas fait mon palmarès personnel, je me dois de souligner la performance extraordinaire, même si très courte, du jeune Jacob Tremblay: un garçon qui arrive toujours à surprendre par son jeu mature et convaincant.

Du côté des femmes cinéastes, Level 16 de la Canadienne Danishka Esterhazy et Knives and Skin de Jennifer Reeder se sont démarqués, même s’ils ne sont pas des films d’horreur purs. Des suggestions à ajouter sur votre liste à voir.

10- Midsommar de Ari Aster

Complètement différent de Hereditary, j’ai été très déstabilisée après avoir vu Midsommar. Entre des scènes qui cherchaient à susciter des émotions, mais me laissaient dans une indifférence totale, ou d’autres complètement ridicules qui me faisaient sourciller, il y avait des instants de pur génie qui frappent (très fort) l’imaginaire, une trame sonore parfaite et Florence Pugh qui offre l’une des meilleures performances de l’année tous genres confondus.

Midsommar

9- Velvet Buzzsaw de Dan Gilroy

Grand mal-aimé de 2019, Velvet Buzzsaw est une satire plutôt juste du domaine culturel qui incorpore quelques morts créatives. Jake Gyllenhaal se donne à fond dans son personnage de critique d’art et tous les autres personnages sont des caricatures assez crédibles du milieu des arts visuels. C’est peut-être pour avoir côtoyé ce milieu que j’ai autant apprécié ce film, mais il demeure tout de même un de mes favoris de l’année. Un choix assumé!

Velvet Buzzsaw

8- Little Monsters de Abe Forsythe

À mon avis, il n’y a rien de plus effrayant que de se retrouver avec une bande d’enfants en pleine invasion de zombies. Léger et amusant, Little Monsters se veut un croisement entre Shaun of the Dead, Spy Kids et La Mystérieuse Mademoiselle C… si elle jouait du ukulélé et chantait du Taylor Swift en plus de massacrer des zombies. Évitez toutefois la bande-annonce qui pourrait gâcher votre plaisir, car elle dévoile absolument tout!

7- Us de Jordan Peele

Malgré ses (très) nombreuses incohérences, Us est l’un des films que j’ai le plus apprécié de l’année. À l’instar de Get Out, le film offre une critique sociale intéressante et démontre un impressionnant travail de recherche. Les images sont magnifiques, particulièrement lors des scènes à la plage, mais on se souviendra surtout de la performance de Lupita Nyong’o.

Us

6- 1BR de David Marmor

Au début du film, on nous présente un personnage principal atypique: une jeune femme qui préfère se taire et endurer plutôt que de s’affirmer au risque de déplaire. Et c’est exactement ce qui la mène à vivre un véritable calvaire alors qu’elle vient d’emménager dans un édifice à logements aux côtés de voisins inquiétants. L’évolution de cette jeune femme tout au long du film très anxiogène est fascinante et la finale ne déçoit pas. Vous ne verrez plus jamais ces grands complexes de la même façon.

1BR

5- Ready or Not de Matt Bettinelli-Olpin et Tyler Gillett

Les traditions familiales sont décortiquées dans cette comédie d’horreur ultra divertissante. Samara Weaving (The Babysitter, SMILF) est parfaite dans ce rôle. On rit et on se tord de douleur avec elle tout le long! Même si le film ne réinvente rien, il vous assurera de passer du bon temps et la finale devrait réussir à vous surprendre.

Ready Or Not

4- Tone-Deaf de Richard Bates Jr.

Un film de Richard Bates Jr. avec Robert Patrick et des blagues sur la génération Y; avez-vous vraiment besoin de plus? Personnellement, c’était plus qu’assez pour me convaincre de voir ce film et je n’ai pas du tout été déçue. Un brin étrange par moments, Tone-Deaf est un divertissement efficace et hilarant qui oppose avec humour une milléniale typique et un «horrible» baby boomer!

Tone-Deaf

3- The Perfection de Richard Shepard

The Perfection a été un succès viral cette année pour Netflix et pratiquement tout le monde en a entendu parler. Il faut dire que la bande-annonce laissait supposer qu’il s’agissait d’un tout autre film et qu’Allison Williams a joué parfaitement avec les attentes des spectateurs, en raison de son récent rôle dans Get Out. Le film a choqué avec ses images, mais aussi ses détours et ses twists que certains ont vu comme de la tricherie. Mais au final, The Perfection est l’un des meilleurs films d’horreur post #MeToo jusqu’à maintenant, avec les moments les plus WTF de l’année.

The Perfectiob

2- The Hole in the Ground de Lee Cronin

Tout en nuances et en subtilité, The Hole in the Ground ne donne pas de réponse facile et laisse place à interprétation. Le film aborde des sujets sérieux à travers une riche symbolique sans sacrifier la tension et l’horreur. C’est l’un des films les mieux réussis de 2019.

The Hole In The Ground

1- Sator de Jordan Graham

Énorme coup de coeur à Fantasia, Sator s’impose au sommet de ma liste cette année même s’il ne s’agit pas d’une production à grand budget. C’est un film ultra personnel tenu à bout de bras (Jordan Graham a tout fait lui-même… sauf jouer dans son film!) qui a réussi à me captiver du début à la fin par son écriture intelligente et sensible ainsi que sa réalisation impeccable. La santé mentale est souvent abordée dans les films d’horreur, mais cette fois, elle est présentée de façon unique et poignante, tout en mettant en valeur le talent brut de ce cinéaste à surveiller. Un film que j’espère avoir l’occasion de revoir très bientôt.

Sator

Mon coup de gueule

Aquaslash de Renaud Gauthier

J’ai vu plusieurs mauvais films cette année, mais Aquaslash est sans hésitation le pire de tous. J’avais pourtant tellement hâte de voir un film d’ici qui nous promettait bien du gore: un assassin tuant ses victimes avec des lames de rasoir dans un parc aquatique. Il faut dire qu’après l’excellent Game of Death, présenté à Fantasia en 2017, les attentes étaient très élevées. De mauvais goût, stupide, sexiste et sans subtilité, le film de Renaud Gauthier a été ma plus grande torture de 2019. Une coloration inégale parce que le film n’était pas terminé, un scénario vide, une réalisation déficiente, des acteurs perdus… Même la finale, qui comptait pourtant sur la collaboration de Rémy Couture et des Blood Brothers, était complètement ratée. Trop peu, trop tard. Un pétard mouillé, un film à fuir comme la peste.

Aquaslash

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.