Horreur Québec tourne présentement au ralenti. De retour à pleine vapeur le 15 mai!
la valee de l etrange kd

[Littérature] « La vallée de l’étrange » : un savoureux apprentissage de l’humanité

La vallée de l’étrange est le nom donné à la théorie du roboticien japonais Masahiro Mori, exprimant que plus un robot ressemble à un humain et plus le moindre de ses défauts paraîtra flippant. C’est donc évident qu’en choisissant de nommer son troisième roman de la sorte, l’écrivaine québécois innue J. D. Kurtness (De vengeance, Aquariums) nous tend une sorte de filon de lecture.

Brigitte est une artiste maintenant très âgée qui a mis sur le marché des jouets animatroniques dont l’objectif fut de combler les lacunes émotionnelles des humains. En parallèle, nous suivons l’histoire de Sim, l'une de ces créatures laissée à elle-même dans la nature à la suite de la disparition de son maître.
la valee de etrange

La vallée de l’étrange est le genre de roman que l’on parcourt dans sa totalité sans se rendre compte qu’on est déjà rendu à la fin. L’alternance entre les deux histoires s’effectue grâce à de courts chapitres qui coulent devant nos yeux de manière aisée.

Cela dit, là où le roman frappe fort, c’est dans sa manière de pondre une science-fiction située dans un futur (pas si lointain) qui rend les ramifications futuristes de la trame extrêmement réalistes. Le phénomène permet de tisser plusieurs liens avec la société telle qu’on la connaît aujourd’hui, imposant plusieurs réflexions sur l’humanité et l’apprentissage. Et si ces étranges petites créatures créées pour satisfaire les humains pouvaient ressentir des émotions?

Il faut aussi admettre que les personnages colorés de l’intrigue donnent forcément envie de les suivre pour découvrir ce qui va leur arriver, puisque plusieurs surprises les attendent au tournant.

Bien sûr, les romans d’anticipation du genre débordent des rayons des libraires et nombreux sont les longs métrages traitant d’enfants androïdes, mais l’humour noir qui bombarde les lignes de l’écrivaine confère à l’ensemble du roman un ton unique et rend presque ses constats encore plus alarmants.

Au final, La vallée de l’étrange est un excellent roman qui pourrait devenir une magnifique adaptation au cinéma si un producteur étoffé tombait dessus. Et l’œuvre donnera certainement envie aux lecteur·trice·s de découvrir l’univers de la romancière!

Note des lecteurs0 Note
Pour les fans...
de romans d'anticipation
de science-fiction et de philosophie
4
Note Horreur Québec
Horreur Québec