S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
[⏪ On rembobine] «Halloween II» (1981): succéder à un classique
8Note Finale
Note des lecteurs: (1 Vote)
8.0

Attention: cette critique contient plusieurs divulgâcheurs!

Après l’immense succès de Halloween, réalisé par John Carpenter, la barre était extrêmement haute pour sa suite qui vu le jour trois ans plus tard, soit le 30 octobre 1981. Reprenant exactement où l’épisode original s’était terminé, ce deuxième volet d’une longue saga fut réalisé par Rick Rosenthal qui en était à sa toute première réalisation au cinéma. Est-ce que Halloween II a su satisfaire les attentes de son public?

Ayant réussi à échapper au tueur masqué après le massacre de ses amis Annie, Lynda et Bob, la pauvre Laurie Strode (Jamie Lee Curtis) se retrouve à passer la nuit à l’hôpital d’Haddonfield. Pendant ce temps, le docteur Samuel Loomis (Donald Pleasance) est toujours aux trousses de Michael Myers (Dick Warlock), son patient des quinze dernières années, après que ce dernier ait pris la poudre d’escampette. Avec l’aide de la nurse Marion Chambers (Nancy Stephens), Loomis découvre des liens de sang entre Laurie et Michael et devra sauver l’adolescente de l’immortel croque-mitaine qui est bel et bien déterminé à éliminer toute sa famille.

Halloween II film posterAbsent du siège de réalisateur, John Carpenter prit quand même en charge le scénario, pour notre plus grand bonheur. On y retrouve (ou presque) le même rythme de son prédécesseur en prenant bien soin de nous présenter les personnages qui, on le devine bien, finiront la plupart sous les griffes de Myers. Le carnage est beaucoup plus grand et plus graphique. Les fans d’hémoglobine sont servis avec une enfilade de poursuites et de meurtres où on ne laisse pas vraiment place à l’imagination. Les meurtres sont inventifs et bien répartis à travers le récit, jusqu’à une finale littéralement explosive. Un bel équilibre que bien d’autres slashers devraient suivre comme exemple.

Carpenter est aussi de retour à la musique où ils nous offre une version légèrement différente de son célèbre thème. Nous aurions bien aimé revoir également Nick Castle reprendre les traits du célèbre tueur. On peut très facilement deviner que quelqu’un d’autre se cache sous la chienne de mécanicien (à l’exception d’un seul plan où il s’agit de Castle). Contrairement à la croyance, la frappante différence est due à l’acteur et non au changement de masque, puisque c’est bel et bien le même porté par Castle dans l’épisode précédent. Il s’agit d’ailleurs des deux seuls films de la franchise où Michael porte le même masque. Il faut prendre en considération que le film a été tourné trois ans après l’original et que certaines «erreurs» de continuité étaient donc inévitables.

Halloween II est certainement une des meilleures suites, toute franchise confondue. Gardant l’esprit de l’original en y ajoutant des rebondissements à l’intrigue de départ, pas étonnant que le film fût un énorme succès au box-office. Le retour de ses personnages y est aussi pour beaucoup et le fait qu’on reprenne là où on nous avait laissés fait de cette suite un incontournable de la saga. Outre ses quelques défauts, il parvient à satisfaire pleinement les fans de Myers en lui offrant de nouvelles armes, de nouvelles motivations et, bien sûr, de nouvelles victimes.

4 Réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.