d 00402

[Critique] Dual: la guerre des clones

C’est cette semaine que le dernier film de Riley Stearns (The Art of Self-Defense) arrivait sur demande. L’homme porte à la fois le chapeau de réalisateur et de scénariste sur ce projet, simplement nommé Dual; un thriller saupoudré d’un brin de science-fiction.

Sarah (Karen Gillan, Oculus) vient d’apprendre qu’elle a une maladie incurable sans aucune chance de survie. Elle décide donc de faire appel à une agence pour créer un clone d’elle, qui pourra prendre sa place après son décès. Dix mois s’écoulent et la jeune femme apprend qu’elle a vaincu la maladie. Elle devra participer à un duel contre son double où seulement l’une d'entre elle sortira vivante.
Dual affiche film

La réalisation de Riley Stearns est assez ordinaire. Là où il marque le plus de points, c’est plutôt avec son scénario original. Alors que le récit semble se diriger dans une direction, ce dernier prend un tout autre chemin. Le rythme est assez lent, mais l’intrigue garde accroché alors qu’on s’attache facilement aux personnages. Les dialogues sont bien écrits et apportent des touches humoristiques au film, alors que le ton général est à la fois loufoque et sérieux. Le processus de clonage, entre autres, ajoute beaucoup à l’absurdité du métrage. Le scénariste parvient aussi à glisser quelques sous-entendus et à soulever des débats moraux dans cette histoire.

Dual fonctionne aussi grâce au jeu formidable de Gillan, parfaite en Sarah et son double. Elle arrive à faire oublier qu’elle incarne les deux rôles, tout en nous donnant envie de soutenir et d’encourager la jeune femme dans ce duel mortel. L’actrice décode habilement les nuances du scénario, et ses scènes avec Aaron Paul (la série Breaking Bad) sont excellentes. Même les personnages plus secondaires, comme la docteure (June Hyde), saisissent bien le ton voulu et rendent le tout encore meilleur.

Ceux qui ont aimé The Killing of a Sacred Deer vont certainement apprécier Dual. Le jeu des acteurs et le style rappellent beaucoup le film de Yorgos Lanthimos. Ceux qui préfèrent les thrillers avec beaucoup de suspense voudront probablement toutefois vouloir passer leur tour. L’œuvre de Riley Stearns n’est effectivement pas pour tous, mais son scénario original avec sa fin inattendue valent le détour.

Note des lecteurs2 Notes
Points forts
Le scénario original
Karen Gillan
Points faibles
Le rythme assez lent
3.5
Note Horreur Québec

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Horreur Québec
?
Ce site Web récolte de l'information via Google Analytics. Cliquez ici pour vous exclure.
×