Les 30 films d’horreur les plus attendus de 2020!

Prêts pour 2020? Nous, oui! Après vous avoir partagé les 50 films d’horreur les plus importants de la dernière décennie ainsi que nos rétrospectives de 2019, notre regard est maintenant tourné vers l’avenir, qui s’annonce particulièrement excitant pour les amateurs de cinéma de genre!

On vous a donc concocté une liste des 30 films d’horreur les plus attendus 2020, question de se mettre l’eau à la bouche. Contrairement aux années précédentes qui commençaient en douceur côté sorties cinéma, janvier et février nous réservent déjà huit gros titres. Trois productions québécoises sont également au programme de l’année! Évidemment, plusieurs autres surprises nous attendent en cours de route…

Vous allez voir qu’en plus des centaines (on exagère à peine) de séries annoncées, on ne s’ennuiera pas encore cette année.

Suite aux importants changements du calendrier de sorties de l’année liés à l’épidémie de COVID-19 ce billet est régulièrement mis à jour.

The Grudge — 3 janvier 2020

L’année débute avec le remake d’un remake, en quelque sorte. The Grudge est en effet la deuxième version américaine du classique du J-horror de 2002 Ju-on de Takashi Shimizu. Notre seul espoir? Le réalisateur Nicolas Pesce qui nous a offert les très bons The Eyes of My Mother et Piercing. Le film promet également d’être plus sanglant avec Sam Raimi à la production. Demián Bichir (The Nun), John Cho (Searching) Lin Shaye (Insidious) et Andrea Riseborough (Mandy) sont de la distribution.

Une maison est maudite par un fantôme vengeur qui condamne d’une mort violente ceux qui y entrent.

Lisez notre critique de The Grudge.

Underwater — 10 janvier 2020

On plonge ensuite dans les profondeurs avec Underwater, troisième long-métrage de William Eubank (The Signal), un thriller qui promet quelques créatures sous-marines en compagnie de Kristen Stewart (Personal Shopper), Vincent Cassel (Black Swan) et John Gallagher Jr. (Hush10 Cloverfield Lane).

Un groupe de scientifiques explorant le plancher océanique voit leur laboratoire sous-marin dévasté par un tremblement de terre. Alors qu’ils tentent de se mettre en sûreté, ils font la rencontre des habitants des profondeurs…

Lisez notre critique de Underwater.

The Turning — 24 janvier 2020

En 2020, on aura droit à deux nouvelles adaptations du roman classique de 1898 de Henry James, The Turn of the Screw: la série The Haunting of Bly Manor, suite de The Haunting of Hill House de Mike Flanagan, et The Turning, réalisé par Floria Sigismondi (The RunawaysThe Handmaid’s Tale). Steven Spielberg signe la production tandis que Chad et Carey W. Hayes (The Conjuring 1 et 2) signent le scénario. Mackenzie Davis (Terminator: Dark Fate), Finn Wolfhard (ItStranger Things), Brooklynn Prince (The Florida Project) et Joely Richardson (The Girl with the Dragon Tattoo) tiennent la vedette.

Kate, la nouvelle nounou, est chargée des soins de deux orphelins perturbés, Flora et Miles. Rapidement, elle découvre que les enfants et la maison recèlent de sombres secrets et que les choses ne sont pas ce qu’elles semblent être.

Lisez notre critique de The Turning.

Fantasy Island — 14 février 2020

La prochaine production Blumhouse attendue arrive pour la Saint-Valentin et s’intitule Fantasy Island. Il s’agit d’une adaptation de la populaire série des années 70, décrite comme un mélange prometteur entre Westworld et The Cabin in the Woods. Jeff Wadlow (Truth or Dare) signe la réalisation qui met en vedette Lucy Hale (Scream 4) en compagnie de Michael Peña (The Martian), Maggie Q (Divergent) et Jimmy O. Yang (Crazy Rich Asians).

L’énigmatique Mr. Roarke réalise les rêves secrets de ses hôtes chanceux dans un complexe tropical luxueux isolé. Mais lorsque les fantasmes se transforment en cauchemars, les invités doivent résoudre le mystère de l’île pour pouvoir échapper à leur vie.

Lisez notre critique de Fantasy Island.

Brahms: The Boy II — 21 février 2020

Elle se fait attendre, la suite de The Boy. D’abord prévue pour l’été 2019, puis repoussée à décembre dernier, c’est finalement le 21 février qu’on saura ce qu’il advient de l’inquiétante poupée Brahms. Réalisé par William Brent Bell, qui nous avait offert le premier film, Brahms: The Boy II met en vedette Katie Holmes (Don’t Be Afraid of the Dark), Ralph Ineson (The Witch), Owain Yeoman (The Belko Experiment) et Christopher Convery (Gotham).

Ignorant l’histoire terrifiante du manoir Heelshire, une jeune famille s’installe dans le domaine où leur jeune fils se fait bientôt un nouvel ami troublant: une poupée étrange qu’il appelle Brahms.

Lisez notre critique de Brahms: The Boy II.

The Invisible Man — 28 février 2020

Blumhouse nous offrira également cette année une relecture du classique de James Whale de 1933, The Invisible Man, qui relance le projet de tirer de nouveaux films des monstres classiques du studio Universal après la débâcle du dernier The Mummy. L’Australien Leigh Whannell (UpgradeInsidious: Chapter 3) écrit et réalise le nouveau film où Elisabeth Moss (Us) tient le rôle principal et Olivier Jackson-Cohen (The Haunting of Hill House) joue l’homme invisible.

Quand son ex abusif commet un suicide et lui laisse cinq millions de dollars, Cecilia soupçonne qu’il ne soit pas réellement mort. Alors qu’une série d’accidents menace la vie de son entourage, Cecilia commence à perdre la raison et tente désespérément de prouver qu’elle est traquée par quelqu’un que personne ne peut voir.

Lisez notre critique de The Invisible Man.

The Lodge — 21 février 2020

L’ambiance glaciale de février devrait bien s’agencer à The Lodge, surtout que le film de Veronika Franz et Severin Fiala (Goodnight Mommy) a été tourné en plein hiver québécois, sur la Rive-Sud de Montréal plus précisément. Jaeden Lieberher (It), Lia McHugh (Totem) et Riley Keough (It Comes at Night) tiennent la vedette du huis clos. Présenté en première canadienne lors du dernier Fantasia, le titre s’est retrouvé dans quelques top 10 de l’année de nos rédacteurs. Vous pouvez déjà lire notre critique.

Une belle-mère en devenir se retrouve après une tempête de neige prisonnière dans un chalet en compagnie des deux enfants de son fiancé. Alors que l’ambiance finit par se calmer au sein du trio, d’étranges événements inquiétants menacent d’invoquer des démons du passé enfouis provenant de l’enfance religieuse stricte de la femme.

Lisez notre critique de The Lodge.

Jusqu’au déclin — 27 mars 2020

On ignore encore quand exactement la première production Netflix québécoise sera disponible, mais le cinéaste Patrice Laliberté (GAME(R)Overpass) nous promettait dernièrement qu’on pourra voir son film, décrit comme un thriller-survival nordique, entre janvier et mars 2020. Réal Bossé (19-2), Isabelle Giroux (Ruptures) et Marc-André Grondin (Les affamés) tiennent la vedette de Jusqu’au déclin qu’on a bien hâte de découvrir.

Anticipant un bris de normalité, Antoine, un père de famille, assiste à une formation survivaliste donnée par Alain dans sa base autonome durable, cachée loin au fond des bois. À la suite d’un grave accident, une partie du groupe refuse de se débarrasser des preuves et doit fuir dans une forêt remplie de pièges pour échapper aux attaques de leurs confrères, afin de contacter les autorités.

Lisez notre critique de Jusqu’au déclin.

Blood Quantum – 28 avril 2020

Après son passage au dernier FNC, le nouveau film de zombies autochtone-québécois très attendu de Jeff Barnaby (Rhymes for Young Ghouls) arrive officiellement en vidéo sur demande le 28 avril et connaîtra plus tard une sortie sur Crave Canada. Michael Greyeyes (Fear the Walking Dead), Elle-Máijá Tailfeathers (On the Farm) et Forrest Goodluck (The Revenant) sont de la distribution.

Les morts reviennent à la vie près de la réserve mi’gmaq isolée de Red Crow, à l’exception de ses habitants autochtones, qui sont étrangement immunisés à l’épidémie zombie. Traylor, le représentant des forces de l’ordre local, muni d’un fusil, d’un lendemain de veille et d’une caisse de six doit protéger la copine enceinte de son fils, les réfugiés ainsi que les indésirable saouls de la réserve de la horde de cadavres blancs ambulants qui infestent les rues.

Lisez notre critique de Blood Quantum.

Saint Maud — 3 avril 2020 Reporté

Préparez-vous pour le prochain A24, la compagnie de production qui nous a entre autres offert Midsommar et The Lighthouse l’an dernier et qui promet «une vision effrayante et audacieusement originale de la foi, de la folie et du salut dans un monde déchu» avec Saint Maud. Il s’agit du premier long-métrage de la cinéaste anglaise Rose Glass, mettant en vedette Morfydd Clark (Crawl) et les commentaires suivant sa première mondiale au dernier TIFF étaient plus qu’élogieux.

Une infirmière pieuse devient obsédée par l’idée de sauver l’âme d’un de ses patients. Toutefois, des forces obscures et son propre passé de pécheresse posent obstacle à sa mission divine.