S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Critique: Blair Witch
2.5Note Finale
Note des lecteurs: (2 Votes)
6.6

La sorcière de Blair est de retour dans les bois, 17 ans après le premier film qui, qu’on ait aimé ou non, a marqué l’histoire du cinéma d’horreur et pour plus d’une raison. C’est le réalisateur Adam Wingard qui ose s’aventurer sur le terrain glissant d’un troisième volet, l’homme derrière les succès You’re Next et V/H/S.

On renoue avec la légende via le frère de Heather, la cinéaste disparue du premier film. James l’aurait entrevue dans une vidéo YouTube, postée par des habitants de la région. La bande vidéo aurait été retrouvée dans les bois de Burkittsville. Il retournera donc sur les lieux avec une bande d’amis qui en profitera pour tourner un documentaire.

blair-witch-posterBlair Witch est un remake déguisé en suite. Outre la raison légèrement évoquée pour cette fin de semaine de camping, on assiste grosso modo aux mêmes suites d’événements. Les studios n’ont peut-être pas voulu choquer les fans avec ce mot tant détesté — RE-MAAAA-KE —, mais il ne faudrait pas non plus les prendre pour des cons…

Si le premier film vous avait donné le tournis en salle à l’époque, attendez de voir cette nouvelle mouture! Les 16mm et 35mm de Heather, Josh et Mike sont troquées par un drone (technologie oblige!) et des caméras sophistiquées à l’oreille. Comme chaque personnage filme, on assiste à un festival de montage chaotique sans précédent, glitchs visuels et sonores à la mode en prime. Visiblement, ces étudiants en cinéma n’ont jamais tenu une caméra en main tellement la qualité des cadrages et prises de vue est médiocre. Ou bien c’est le monteur qui était sur l’acide? Bref…

Rien du film ne réussit à nous faire croire au faux documentaire, comme The Blair Witch Project avait réussit à le faire. Impossible que les caméras aient pu capter ces effets sonores, travaillés en surround et boostés de basses démesurée. Les interprètes sont interchangeables et les personnages, dépourvus de tout charisme. On observe les jeunes adultes tomber un à un, comme dans la plus vieille tradition des films d’horreur, ou bien nous sauter au visage à beaucoup trop de reprises, dans des jumps scares d’une routine laissante et frustrante.

C’est lorsque les caméras se posent un instant et que la cohue cesse enfin qu’on réussit à ressentir un ou deux frissons. Hélas, c’est de très courte durée. Blair Witch est un condensé, un remâché, de tout ce qui s’est fait dans le domaine du found footage depuis 1999. Dommage, on aurait tellement voulu y croire!

A propos de l'auteur

Anciennement de Sinistre Magazine, Marc ne peut s’empêcher de partager sa passion pour l’horreur et l’étrange. Aujourd’hui rédacteur en chef et co-fondateur de Horreur Québec, il parcourt les salles de projections et de spectacles obscures de la région de Montréal à la recherche de frissons visuels et/ou auditifs!

Articles similaires

7 Réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.