CreepshowCreeper 1

[Critique] Creepshow – saison 2 (première partie): un échantillon goûteux

Note des lecteurs0 Note
3.5
Note Horreur Québec

Après la saison 1 de la série Creepshow et une paire d’épisodes thématiques (A Creepshow Animated Special et A Creepshow Holiday Special), on a enfin pu visionner en primeur les deux premiers épisodes de la saison 2 de Creepshow, titre exclusif de la plateforme Shudder.

Dans le premier épisode (disponible dès aujourd’hui), on retrouve deux histoires réalisées par le gourou du Creepshow nouveau, Greg Nicotero, qui se déroulent à la fin des années 1970.

Creepshow saison 2 imageD’abord, Model Kid lance fort bien le bal, tout en nous rappelant le segment portemanteau du film originel réalisé par George A. Romero. Comme en 1982, son jeune garçon, un monster kid victime d’intimidation adorant tout ce qui est horrifique, finit par se venger d’un vil adulte lui menant la vie dure. Scénarisé par John Esposito (The Theatre Bizarre), ce récit nous propulse dans l’univers vintage de Joe (Brock Duncan), qui préfère de loin peindre ses modèles à coller des Universal Monsters que de jaser avec son minable et violent oncle (Kevin «frère de Matt» Dillon, vu dans The Blob, Tales from the Crypt), qui vient d’emménager chez lui pour de bon. Au final, c’est un fort bel hommage à l’âge d’or du cinéma d’horreur, avec références geek, monstrueux personnages et, en guise de prologue, une délicieuse mise en abyme (en mode muet et monochrome, avec de beaux cartons en prime).

Ensuite, avec Public Television of the Dead (scénarisé par Rob Schrab, Monster House), on se transporte à Pittsburgh (patrie de Romero!), sur le plateau de la chaîne de télé WQPS, alors que Claudia (Marissa Hampton; Watchmen 2019) doit gérer les tournages de l’émission pour enfants d’une détestable ventriloque (Coley Campany) et celle d’un doux peintre à la Bob Ross doté d’un lourd passé (Mark Ashworth). Tout va bien jusqu’à ce que Ted Raimi (dans son propre rôle) apporte l’authentique Necronomicon ex-mortis au talk-show dans lequel il était invité. Devinez ce qui risque d’arriver? Ce qu’on peut vous dire c’est que oui, les fans des frères Raimi vont se régaler avec ce délire «splatstick» à la Rodriguez/Tarantino (pensez à From Dusk till Dawn rencontre Evil Dead 2). Groovy!

svg%3E

Le deuxième épisode (en ligne dès le 8 avril) débute avec Dead and Breakfast, réalisé par Axelle Carolyn (Tales of Halloween), où un couple (Ali Final Destination Larter et C. Thomas The Hitcher Howell) opère un bed and breakfast à la Lizzie Borden, dans une maison soi-disant hantée. Les affaires ne sont hélas pas très bonnes, comme leur gimmick point ne fonctionne. C’est alors qu’une influenceuse végane et fan de true crime (Iman Benson) se ramène pour y passer la nuit, diffusant en direct sur internet des trucs pas très net… pour un divertissement correct (sans plus).

S’en suit Pesticide (réalisé par Nicotero), alors qu’un niais et moustachu exterminateur (Josh McDermitt; The Walking Dead), accepte un contrat pas très réglo d’un type souriant mais louche. Même si on se régale de voir tout plein de gros insectes (un mélange d’Arachnophobia, le The Fly de 1958 et segment They’re Creeping Up on You! du Creepshow de 1982) et de beaux SFX (et de revoir Keith They Live David et Ashley Hellraiser Laurence), il manque un je ne sais quoi pour que la magie opère vraiment. Or, ça ne nous empêche aucunement d’avoir bien hâte de nous taper le reste de la saison!

Creepshow Season 2 - Official Trailer [HD] | A Shudder Original Series

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Horreur Québec
?
Ce site Web récolte de l'information via Google Analytics. Cliquez ici pour vous exclure.
×