S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

Connaissez-vous Caroline Beaudoin? L’artiste peintre originaire de Granby n’a pas encore son site web officiel, mais fait pourtant beaucoup jaser sur les réseaux sociaux. C’est qu’elle excelle particulièrement dans la reproduction d’images. Et sa passion? Les monstres du cinéma d’horreur!

Mais dernièrement, la peintre développe également ses premières images originales. Son travail s’est d’ailleurs récemment retrouvé sur le site web du magazine Rue Morgue. Pas étonnant, puisque le nom de Caroline Beaudoin risque fort de figurer aux côtés de ceux que «Ghoulish» Gary Pullin et Jason Edmiston prochainement.

Horreur Québec a rencontré l’artiste, question d’en connaître davantage sur son art et sa passion de l’horreur:


Horreur Québec: Parle-nous de ton background artistique. Comment est née ta passion pour la peinture?

Caroline Beaudoin: J’ai toujours un peu dessiné. Plus jeune, à la place de remplir des livres à colorier, j’aimais mieux reproduire les dessins à côté. Mais c’est toujours resté un peu en surface et je n’ai jamais vraiment développé mon talent.

Il y a 6 ans, j’étais au cégep et je ne savais pas où m’en aller, quel programme faire, etc. J’étais en dessin de bâtiment et une de mes profs, qui me voyait toujours dessiner plutôt que d’écouter, m’a dit que je devrais aller en arts. Je  l’ai écoutée et je me suis inscrite en Arts visuels au Cégep de Saint-Hyacinthe. J’ai découvert que j’aimais vraiment ça, mais je ne me sentais pas encore vraiment à ma place. Moi ce que j’aimais faire, c’était des trucs bizarres, des images horreur. Quand il fallait que mon œuvre ait une signification ou une démarche bien précise, ça me rejoignait moins. Après quelques mois, j’ai abandonné. J’ai continué quand même à en faire pour mon plaisir, pour en faire à mes amis, à ma famille, etc.

HQ: Tu as donc tout appris par toi-même?

CB: Oui! Au début j’étais moins à l’aise avec la peinture. J’ai donc commencé par le dessin. Ensuite, pour introduire la peinture, j’ai commencé avec des petits formats et des sketch cards. J’ai essayé l’huile, l’acrylique. Je me suis même mis à en vendre. J’ai eu un premier contrat pour la compagnie Cryptozoic Entertainment qui fait des cartes à collectionner. J’ai fait toute une série Ghostbusters pour eux!

J’ai aussi beaucoup appris en écoutant des tutoriaux sur YouTube. Au début, j’étais moins à l’aise avec la couleur alors je me suis lancée dans le noir et blanc pour commencer. J’ai tout essayé: l’encre, les marqueurs, etc., mais c’est vraiment la peinture qui m’interpelle. Depuis mes débuts, en 5 ans et demi, j’ai fait environ 50 projets de peinture. Mais je suis de plus en plus productive! (rires)

HQ: Parce que pour toi, en ce moment, la peinture c’est plus un passe-temps?

CB: Avant oui, mais depuis cet été, j’ai commencé à en faire à temps plein. C’est pour ça que j’ai plus de toiles aussi dernièrement. J’ai eu une période d’ajustement. Je vais voir si je ne me trouve pas un emploi à temps partiel pour plus de stabilité, mais je me donne la chance d’essayer présentement et on va voir ce que ça donne. J’avoue que c’est un peu stressant! (rires)

Avant je vaquais d’une job à une autre, mais là j’ai vraiment la piqûre pour quelque chose. J’ai le goût d’essayer! J’envie les gens qui ont su tout de suite ce qu’ils voulaient faire dans la vie. Moi ça m’a pris un peu plus de temps. J’ai beaucoup de commandes ces temps-ci alors c’est encourageant.

Je suis une personne très anxieuse et faire de la peinture, c’est comme ma thérapie. Plus j’en fais, plus que je me comprends et plus je sais que j’en ai besoin à tous les jours. Ça me fait tellement de bien!

HQ: Est-ce que tu fais seulement de la reproduction?

CB : J’ai commencé ma première illustration à vie récemment! J’ai hâte de voir ce que ça va donner. C’est une grosse pieuvre; un Kraken. Très old school, sur une toile 30 x 40 pouces; je ne me la suis pas donnée facile! (rires) J’ai toujours travaillé à partir de photos, mais là c’est vraiment un beau défi que je me suis lancé.

HQ: Quand tu crées une toile, quel est ton processus? Combien de temps mets-tu sur une image?

CB : Au niveau du temps, c’est difficile à dire. Avant je travaillais mes toiles à temps partiel alors une peinture pouvait me prendre jusqu’à un mois et demi à faire. J’estime qu’une toile de taille moyenne doit me prendre environ 15 à 20 heures à peindre. Ce qui me prend le plus de temps, c’est d’analyser mon image, de me reculer, de me concentrer, comparer, etc. C’est très éreintant et c’est je ne peux jamais faire tout ça d’une traite. J’espère acquérir ça avec le temps.

Je commence mes croquis à main levée, très rapide. Je n’utilise pas de grilles ou rien. Je n’aime pas beaucoup le dessins alors ça doit être rapide. J’espère être capable de passer cette étape-là un jour. Après je commence mon croquis en peinture, ensuite j’applique les vraies couleurs et finalement je reviens pour faire les détails finaux, la texture et les ombres et lumières. C’est évidemment la partie que je préfère!

HQ: Est-ce qu’il y a une de tes toiles qui te rend particulièrement plus fière?

CB: Je dirais celle de L’Exorciste. C’est celle qui m’a donné le plus de fil à retordre. J’suis vraiment difficile et j’ai de la misère à me lancer des fleurs. Je passe tellement de temps sur les détails qu’on dirait que je finis par seulement voir les défauts. Mais celle-là, un coup terminée, je l’ai vraiment aimée. J’aimais la texture du vomi… (rires)

Celle de Freddy avec les têtes aussi. J’avais déjà fait l’image en noir et blanc avant, mais j’ai vraiment aimé la refaire en couleur, au goût du jour. C’est une des premières que j’ai «updatée». Étonnement, mes Freddy sont plus faciles à faire. Je sais pas pourquoi, mais les textures compliquées comme pour sa peau brûlée/maganée, j’aime tellement ça faire ça! Il est tellement imprimé dans ma tête, c’est le film que j’ai vu le plus souvent.

***

HQ: Est-ce qu’il y a des artistes que tu admires particulièrement?

CB: Le premier que je me suis mise à suivre, que j’me suis dis que j’aimerais un jour atteindre son niveau, c’est Jason Edmiston. Il peint les icônes populaires de films comme personne. Au début, je n’assumais pas mon côté horreur, puis quand je l’ai découvert je me suis dis que c’était correct et même possible d’en vivre. Son utilisation des couleurs vives est vraiment hallucinante.

Sinon, en dehors de l’horreur, j’aime beaucoup Laurie Marois. Elle est plutôt connue au Québec. Elle fait des toiles semi-abstraites avec des gros portraits d’animaux en gros plan. Elle aussi son utilisation de la couleur est intéressante. Elle m’inspire beaucoup.

Zack Dunn aussi; c’est vraiment cool ce qu’il fait. C’est horreur et très créatif. Ça m’incite à vouloir créer mes propres images. Son compte Instagram est vraiment populaire.

HQ: Comment es-tu tombée en amour avec le cinéma d’horreur?

CB: Ça date depuis que j’suis toute jeune. La première fois que j’ai vu un Freddy, je devais avoir 6 ans. Ma tante est une grande fan de Stephen King et elle me prêtait ses livres et ses films d’horreur. C’est elle qui m’a donné la piqûre.

HQ: Es-tu plus zombies, fantômes ou slashers?

CB: J’aime vraiment tout, mais j’ai un faible pour les monstres en général. Je sais que A Nightmare on Elm Street est considéré comme un slasher, mais mon monstre préféré c’est vraiment Freddy. J’aime beaucoup les loups-garous aussi. The Thing est dans mes films préférés. Le Loup-garou de Londres. Mais aussi les classiques du genre The Exorcist, The Shining, Alien

J’essaie depuis récemment d’en écouter de plus en plus, de faire des trouvailles un peu plus undergrounds ou internationales.

HQ: Qu’est-ce que t’as vu de bon récemment?

CB: Get Out. Don’t Breathe. Train to Busan, ça a vraiment été une belle découverte. J’aime aussi beaucoup ce que Mike Flanagan fait. Gerald’s Game, j’ai beaucoup aimé! Hush, Oculus, Ouija 2, Before I Wake; j’les ai tous vus. L’an dernier j’ai aussi adoré Alien: Covenant, It, Better Watch Out. The Witch aussi, il y a deux ans. La liste est longue!

Green Room m’a beaucoup marqué aussi. Le bout où il se fait découpé le bras… j’ai eu ben de la misère! (rires)

HQ: Justement, qu’est-ce que tu n’aimes pas dans l’horreur?

CB: Il n’y a pas grand-chose que je n’aime pas mais j’ai plus de difficulté avec les films trop psychologiques, plus spécifiquement les Rape and Revenge, qui te restent marqués longtemps. Des films comme A Serbian Film. J’ai vraiment regretté d’avoir vu celui-là. La scène finale… pas capable! Martyrs aussi. Je pense que ça m’a pris une semaine à m’en remettre. J’ai vraiment peur de la mort alors quand on aborde trop ce sujet-là, je suis mal à l’aise. Ça me laisse un goût amer, j’en écoute mais je préfère ceux qui sont plus divertissants que perturbants.

Les trop gores aussi j’ai de la misère. Cannibal Holocaust, les scènes étaient vraiment trop réalistes. Quand j’ai su que c’était des vrais animaux, ça m’a encore plus traumatisé. Maniac aussi j’ai trouvé ça difficile à voir.

HQ: Penses-tu faire de l’horreur toute ta vie?

CB: Ça c’est la question que je me pose présentement. J’ai tellement essayé d’aller vers l’art traditionnel, mais depuis que je me suis assumé, j’ai vraiment découvert quelque chose. Dès que je pense à de l’horreur, j’ai des centaines d’idée qui me viennent en tête. J’ai envie de me spécialiser exclusivement là-dedans.

Je suis toujours surprise de voir que ça intéresse les gens. De voir que les gens veulent acheter mes toiles, qu’ils me démontrent leur amour pour le genre et pour ce que je fais.

***

HQ: Pour notre dernière question, on veut connaître les 6 prochains monstres que tu as l’intention de peindre.

CB: Là, je suis en train de peindre un Kraken. Je n’ai pas encore beaucoup lu Cthulhu, mais j’aimerais ça le faire et me renseigner davantage sur cet univers-là. J’adore les monstres marins. J’ai déjà fait un requin, mais j’aimerais en faire un plus gros.

Sinon, c’est une question difficile à répondre parce que j’y vais au feeling du moment, mais parmi ceux que je pourrais faire prochainement, j’aimerais faire un loup-garou, probablement Le Loup-garou de Londres, The Howling ou Ginger Snaps. J’avais vraiment trippé aussi à faire les infirmières de Silent Hill et j’aimerais en faire une nouvelle avec Pyramid Head. Je n’ai jamais fait de zombies non plus. Je pourrais faire Bub de Day of the Dead avec ses écouteurs. Ou peut-être celui du début avec la langue qui pend… Il faut que je fasse La Mouche. Je sens que ça va en être une difficile. Jason Edmiston l’avait d’ailleurs assez bien faite. J’vais aussi bientôt faire la Alien Queen avec ses œufs. J’ai posté un croquis d’ailleurs récemment.

Je prévois aussi faire des mes propres créations à travers tout ça. Des monstres plus mythologiques. Mais je n’abandonnerai jamais le fan art. J’aime trop ça!


Suivez Caroline Beaudoin sur sa page Facebook ou son compte Instagram pour découvrir ses œuvres et voir ce que l’artiste nous prépare dans les prochains mois!

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.