Horreur Québec tourne présentement au ralenti. De retour à pleine vapeur le 15 mai!
MV5BMTcxNDk1ODc3N15BMl5BanBnXkFtZTcwNjE5NDcxMQ@@. V1 FMjpg UX1000

[Je me souviens] Bleeders: une histoire de famille horrifique

On dit souvent qu’il n’y a pas beaucoup de films d’horreur au Québec, ce qui est vrai, mais plusieurs productions indépendantes ont contribué au cinéma de genre d’ici. Certaines de ces oeuvres souvent passées inaperçues sont tournées en anglais et d’autres sont co-produites avec le Canada anglais. C’est le cas du film Bleeders (Hémoglobine) de Peter Svatek (Witchboard III: The Possession, Big Wolf on Campus). Originaire de Prague en Tchéquie, le cinéaste et auteur a fait carrière dans la fiction, le documentaire ainsi que la télévision un peu partout au Canada et au Québec, où il a vécu depuis son enfance jusqu’à son décès en 2020.

Ayant vécu à Paris, John Strauss, un homme atteint d’une maladie du sang, revient dans son patelin avec son épouse afin de retrouver les siens dans l’espoir d’en apprendre davantage sur sa condition. Il apprend qu’il appartiendrait à la lignée des Van Daam, une famille hollandaise ayant émigré il y a 300 ans, mais donc les descendants ont tous mystérieusement disparu.
Bleeders affiche film

Sorti en 1997, Bleeders est co-écrit par Charles Adair et par le duo Dan O’Bannon et Ronald Shussett, scénaristes d’un certain Alien de Ridley Scott, et s’inspire librement de la nouvelle The Lurking Fear (La peur qui rôde) de H.P. Lovecraft publiée en 1922. À la distribution, on retrouve Gillian Ferrabee (Secret Window), Pascal Gruselle, Rutger Hauer (The Hitcher, Hobo with a Shotgun), ainsi qu’un habitué du cinéma de genre au Québec: Roy Dupuis (Screamers, Feuilles mortes, Brain Freeze).

Tourné à l’île Grand Manan au Nouveau-Brunswick, cette histoire traitant de consanguinité a eu une prémisse plutôt particulière, avouons-le. L’intrigue est tout de même intéressante, et on ne s’ennuie pas à suivre John tentant d’en apprendre plus sur le passé de sa famille jusqu’à ce que l’horreur s’installe. Cela dit, on fait vite le lien entre John et le mystère qui se trame dans le village.

Bleeders image film

L’acteur Rutger Hauer se démarque particulièrement dans son rôle de médecin, et la performance de Roy Dupuis est à la hauteur du comédien que l’on connaît, bien qu’il ne s’agisse pas du rôle le plus mémorable de sa carrière. La réalisation de Svatek est sobre, mais efficace. Cette petite production n’a pas marqué l’histoire, mais il s’agit tout de même d’un film sympathique qui ne devrait pas rester dans l’oubli. Le Québec a laissé ses traces dans cette production qui mérite d’être redécouverte. Sans être un grand film, les amateurs de série B devraient y jeter un coup d’œil.

Fait intéressant à noter, Hémoglobine, la version doublée en français de Bleeders, diffusée à l’occasion chez Frissons TV, est la seule à être non censurée, alors que la version originale anglaise offerte sur DVD est abrégée.

Note des lecteurs0 Note
Pour les fans...
Films de genre québécois
Films de monstre
Série B
3
Note Horreur Québec
Horreur Québec