dae35e7982a7e4f4d0eb7155c97a0ffa241ed4c5214bfe1a1e8ec2a43aa63de2. RI

[Critique] Escape the Field: une épluchette sans mordant

Tourné à l’automne 2020, Escape the Field (S’échapper du champ) devait à la base mettre en vedette Crystal Reed des séries Teen Wolf et Swamp Thing. Pour des raisons mystérieuses, l’actrice n’a pas participé au projet et a été remplacée par Jordan Claire Robbins, qu’on peut voir dans Umbrella Academy chez Netflix. Le long-métrage s’inspire largement des films comme Escape Room en nous offrant une version extérieure d’un jeu d’évasion. Dommage que le concept ne fonctionne pas vraiment.

Sam (Robbins) se réveille au beau milieu d’un vaste champ de maïs. La jeune femme fera rapidement la rencontre de cinq inconnus dans la même situation qu’elle. Les six étrangers seront traqués par une chose mystérieuse et devront travailler ensemble afin d’assembler les pièces du casse-tête dans lequel ils sont prisonniers.
svg%3E

Le réalisateur, Emerson Moore, en est à ses débuts derrière la caméra et même s’il nous plonge rapidement dans l’action, plusieurs erreurs de débutant sont à noter. Pour commencer, on se lasse très vite du champ de maïs dans lequel nos personnages sont lancés. La réalisation n’arrive jamais à rendre l’environnement particulièrement angoissant — on aperçoit même des arbres en arrière-plan alors que les protagonistes sont censés être au milieu de nulle part. En plus de ne présenter aucune prise de vue intéressante, le cinéaste semble aussi recycler certains plans à quelques reprises.

Trois têtes se sont réunies au niveau scénario d’Escape the Field… et c’était peut-être trop. Sean Whaten, Joshua Dobkin et Emerson Moore semblent avoir mis toutes leurs idées à l’écriture et auraient bénéficié d’épurer. Le trio nous plonge dans l’intrigue dès le début et parvient à piquer notre curiosité, mais l’histoire finit par tourner en rond, tout comme les personnages dans ce labyrinthe de blé d’Inde. La conclusion est tout simplement ridicule et on a même droit à une scène post-crédit qui ne fait aucun sens. Les problèmes de ces six étrangers auraient pu être facilement résolus, mais sont voués à prendre les pires décisions possibles. Personne n’a pensé à monter sur les épaules de quelqu’un pour voir au loin?

La distribution comprend aussi Shane West (la série Salem) et Theo Rossi (Army of the Dead). West s’en sort assez bien, mais on ne peut pas en dire autant du reste des acteurs: la plupart nous livre des performances sans substance, alors que certains ont de la difficulté à réagir face aux effets spéciaux, qui ne sont d’ailleurs aucunement réalistes.

Avec une durée de 88 minutes, Escape the Field n’est toutefois pas un trop grand investissement de temps pour ceux qui auraient envie d’y jeter œil. Mais avec toutes les sorties intéressantes attendues en mai, on recommande de passer outre celle-ci.

Note des lecteurs12 Notes
Points forts
La courte durée du film
On plonge rapidement dans l'intrigue
Points faibles
Les effets spéciaux
Les performances des acteurs
Le concept
1.5
Note Horreur Québec

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Horreur Québec
?
Ce site Web récolte de l'information via Google Analytics. Cliquez ici pour vous exclure.
×