S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

La salle du MTELUS n’était pas pleine à craquer comme ce fut le cas la veille lors du spectacle de Toronto, mais une quantité impressionnante de gens s’est déplacée lundi soir dernier pour entendre les trames sonores du grand John Carpenter, interprétées sous nos yeux par l’homme en personne. Le cinéaste de 69 ans était joint sur scène par cinq musiciens, dont son fils, Cody Carpenter, ainsi que son neveu, Daniel Davies.

C’est avec Escape From New York que le groupe a lancé les festivités de cette soirée sous le thème de la rétrospective. En effet, chacune des pièces était accompagnée de montages des meilleurs moments — souvent les scènes de meurtres — des films du cinéaste. Après le thème de Assault on Precinct 13, Carpenter s’est présenté à la foule, énergique et visiblement heureux d’être parmi nous.

Ceux qui craignaient une soirée plutôt tranquille en ont eu pour leur argent avec Village of the Damned, disponible uniquement sur l’édition limitée du nouveau LP, pour possiblement l’un des moments les plus intenses du spectacle. Un peu plus tard, lorsque le Maître de l’horreur a sorti ses lunettes fumées pour le blues de They Live, la foule s’est exclamée devant le sexagénère le plus cool en ville.

Mais outre ses trames sonores, Carpenter aura offert à son public également 4 compositions de ses Lost Themes, des albums qu’il présente comme «les thèmes des films qui jouent dans nos têtes». La guitare de Davies s’est particulièrement exprimée pendant Vortex, juste avant Mystery qui a par la suite littéralement tout détruit sur son passage — mon moment personnel préféré de la prestation. Distant Dream et Wraith ont également suivi un peu plus tard.

Les trames sonores de Starman et de The Thing n’ont peut-être pas été composées par l’homme, mais il les interprète tout de même sur scène devant un public conquis d’avance, surtout en ce qui concerne la pièce titre de The Thing qui venait nous rappeler, grâce au montage vidéo, tout le génie du spécialiste en effets spéciaux, Rob Bottin.

Surprise par contre; Halloween n’a pas été présenté lors du rappel, mais le public n’était pas moins en délire devant les images du classique de 1978. Juste avant la pièce, Carpenter s’est exclamé: «Love will last forever!». La version présentée était plus énergique et on sentait tout le plaisir que le réalisateur prenait a l’interpréter en compagnie de son fils, tout deux visiblement complices. C’est finalement In the Mouth of Madness a terminé le spectacle de belle façon, mais, Carpenter en a surpris plus d’un en entamant Body Bags lors du rappel, une de ses productions les moins connues, suivi de Vampires; de quoi ravir les plus connaisseurs de sa filmographie. Prince of Darkness, avec sa montée infernale est venue fermer la soirée, tout juste avant que le réalisateur nous somme de faire attention lors de notre retour à la maison: Christine rôde toujours!

Avec une durée de 1h15, on était en droit de trouver la prestation un peu courte. Pourtant, rien ne manquait alors que le groupe a interprété sur scène la totalité du Anthology: Movie Themes 1974-1998, paru le 20 octobre dernier, et plus encore. Rien n’a manqué, sauf peut-être une grande surprise pour sortir de cette mise en scène somme toute classique et statique. En bout de ligne, tous s’entendaient tout de même pour dire que la soirée fut particulièrement mémorable. Finalement, quelle chance unique d’avoir pu voir (et entendre) le Maître en chair et en os!

Un immense merci à Sebas Thériault pour la photo de couverture et la vidéo de Halloween.

Setlist:
Escape From New York: Main Title
Assault on Precinct 13: Main Title
Village of the Damned: March of the Children
The Fog: Main Title Theme
Vortex
Mystery
They Live: Coming to L.A.
Starman: Starman Leaves
The Thing: Main Theme – Desolation
Distant Dream
Big Trouble in Little China: Pork Chop Express
Wraith
Halloween Theme – Main Title
In the Mouth of Madness: In the Mouth of Madness

Rappel:
Body Bags
Vampires: Santiago
Prince of Darkness: Darkness Begins
Christine: Christine Attacks (Plymouth Fury)

Pour plus de Carpenter, n’oubliez pas de faire notre quiz sur le cinéaste et de nous partager vos résultats!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.