S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
M.F.A: quand la vengeance devient un art trop sage
6Note Horreur Québec
Note des lecteurs: (0 Vote)
0.0

Suite à une agression sexuelle, une jeune étudiante en art trouve une inspiration créatrice pour ses œuvres, et décide qu’elle sera dorénavant le prédateur au lieu d’une proie facile.

M.F.A nous devenait accessible sur demande durant les derniers jours. Cette relecture sobre des thèmes éculés de la série de films I Spit On Your Grave, donne droit à un film fort acceptable, malgré plusieurs développements routiniers.

Avec l’actualité récente, on peut sans doute avancer que M.F.A. propose un regard féministe très louable. Par contre, les notations psychologiques superficielles ne sont pas suffisamment étoffées pour plaire au cinéphile davantage axé sur le dépouillement et les scènes d’assauts non ni la violence, ni la complaisance, ou encore l’impact dérangeant que recherchent les amateurs de cette série initialement interprété par Camille Keaton.

On se demande donc quel spectateur est visé par la mise en scène standard de Natalia Leite. Sans être mauvais, l’ensemble n’est aucunement mémorable. Le film bénéficie toutefois du jeu solide de Francesca Eastwood (la fille de Clint), assez vibrante pour colmater certaines failles.

A propos de l'auteur

Jean-François Croteau

Bachelier en études françaises, et diplômé d’un majeur en études cinématographiques, Jean-François est un cinéphile assidu depuis son enfance. Fasciné par l’histoire du septième art, Il a toujours su conjuguer ses deux passions qui sont le cinéma et l’écriture. Administrateur de la page Facebook "Le club de l’horreur du Québec", il adore échanger sur le cinéma avec d’autres fans.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.