S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
My Best Friend’s Exorcism: l'exorcisme moderne des années 80
10Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)
0.0

L’histoire se déroule en 1988, en Caroline du Sud. Gretchen et Abby sont adolescentes. Elles sont meilleures amies depuis l’enfance (ou, devrais-je dire, depuis que le film E.T. est sorti). Elles s’aiment à l’infini et pour la vie. Lors d’une soirée bien arrosée, elles décident d’essayer l’acide, une drogue bien à la mode dans les années 80, mais quelque chose tourne mal. Gretchen disparaît en pleine forêt et Abby la cherche pendant de longues heures. Quand Gretchen rejaillit soudainement, elle semble frappée d’amnésie et ignore où elle a passé la nuit: pas le moindre souvenir. Les filles se disent qu’il s’agit d’un simple bad trip, sauf que quelque chose commence à changer chez Gretchen, qui semble s’éloigner d’elle-même. Elle devient de plus en plus irritable et les incidents bizarres commencent à s’enchaîner. Clairement, Abby ne reconnaît plus sa meilleure amie qui devient peu à peu quelqu’un d’autre. Et la situation va en s’empirant. Abby vit le cauchemar de sa vie avant de finalement être témoin de l’exorcisme de sa meilleure amie. Est-ce que leur amitié sera suffisamment forte pour combattre les forces du mal ou l’horreur prendra-t-elle le dessus?

My Best Friend’s Exorcism a été écrit par Grady Hendrix et publié en mai 2016. Son auteur fait d’ailleurs partie d’une nouvelle vague d’écrivains à surveiller. On lui doit entre autres le best-seller Horrorstör, lequel sera prochainement adapté en série télévisée par le réseau FOX. Un pilote a déjà été commandé, mais aucune date de tournage n’est encore annoncée et la distribution demeure inconnue.

Hendrix multiplie les clins d’œil aux années 80 dans son bouquin, incluant la Satanic Panic qui sévissait à l’époque. Ceux et celles qui ont grandi durant cette période souriront à plusieurs reprises. De plus, au lieu de numéroter les chapitres comme la convention le veut, il utilise plutôt le titre de chansons popularisées durant ces années fastes (plaisirs coupables complètement assumés!).

Le thème principal du livre est la possession, mais pas celle habituellement dépeinte au cinéma, ou même en littérature. Celle décrite dans ces pages est beaucoup plus réelle, ce qui contribue à rendre le récit d’autant plus troublant, voire même un peu triste. Il s’agit bien sûr d’une histoire d’horreur, mais c’est d’abord et avant tout celle d’une puissante amitié entre deux filles qui affrontent l’adolescence et tous ses tumultes. Et Abby fera tout en son pouvoir pour sauver sa meilleure amie.

À travers les quelques scènes effrayantes, parfois même dégoutantes, et le suspense haletant à certains moments, l’élément central demeure la force féminine des deux protagonistes. Malgré les nombreuses parts d’ombre, on voit souvent jaillir la beauté de la relation qui les unit. C’est à ce point efficace que le lecteur en vient même à ressentir la tristesse et l’empathie d’Abby envers Gretchen, alors que cette dernière fait preuve de mesquinerie et de sadisme. On ne parle donc pas ici d’horreur classique et ce, même s’il emprunte aux codes de celui-ci. L’approche utilisée est originale et marquante.

Terrorisant et touchant à la fois, le récit contraste avec ceux généralement racontés par Hollywood. On est complètement ailleurs: c’est triste, effrayant, drôle, léger et divertissant, mais c’est surtout extrêmement bien écrit. Ce ne serait donc pas étonnant que cet ouvrage se retrouve parmi les classiques du genre littéraire.

Et que dire de la spectaculaire couverture! Le design du livre a été créé par Doogie Horner sous la forme d’un album de finissant, avec sa page couverture rigide en noir et blanc. Quand on ouvre le bouquin, on aperçoit immédiatement la signature de différents jeunes, ainsi que les anecdotes drôles et les messages touchants qu’ils ont inscrits dans l’album de leur ami. Et la mode y est à son meilleur… si vous aimez les cheveux crêpés et autres tendances indissociables des années 80. On croirait presque qu’il s’agit d’un véritable album de finissant. À mettre absolument en évidence dans sa bibliothèque.

À noter qu’un format de poche a été publié en juin 2017, avec une nouvelle couverture dont l’esthétisme rappelle grandement celui des films d’horreur classiques des années 80. On pense invariablement A Nightmare On Elm Street et Fright Night. Malheureusement pour les lecteurs francophones, aucune traduction française du roman d’Hendrix n’est recensée.

Nombreux sont ceux, moi y compris, qui souhaitent que le roman soit adapté au cinéma. Grady Hendrix pourrait lui-même plancher sur le scénario. Et entre les mains d’un bon réalisateur, cela ne pourrait donner autre chose qu’un bon film.

Mais pour l’instant, allez lire My Best Friend’s Exorcism! Autrement, vous passerez à côté de quelque chose. Je vous l’assure.

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.