Blood Vessel Feature 1024x576 1

[Critique] Blood Vessel: l’insoutenable attente du monstre

Note des lecteurs0 Note
2.5
Note Horreur Québec

Vers la fin de la deuxième guerre mondiale, les survivants d’un paquebot torpillé qui se sont réfugiés dans un canot de survie sont sur le point de ne plus avoir de vivres. Voilà que survient devant eux un énorme bateau orné de drapeaux allemands, mais qui semble a priori désert. Tentant le tout pour le tout, le groupe décide de monter à bord, en ignorant qu’une créature assoiffée de sang s’y cache.

Justin Dix s’est attiré une certaine réputation pour avoir travaillé sur les effets spéciaux de plusieurs gros blockbusters, avant de nous avoir donné son premier long-métrage Crawlspace en 2012, qui s’était avéré assez potable si on le visionnait à domicile lors d’une journée pluvieuse, mais dont plus personne ne se souvient. C’est cette semaine qu’apparaissait son second film en exclusivité chez Shudder, Blood Vessel.

svg%3EEn utilisant un générique d’ouverture calqué sur ceux de la Hammer, le cinéphile se surprend alors à espérer un hommage intéressant. On ferme les yeux sur la prémisse peu originale, sous prétexte qu’on s’apprête à nous livrer un pamphlet d’adoration aux vieux films d’épouvantes. Cela dit, dès que nos héros grimpent dans le bateau de tous les dangers, cette énième variation sur le thème du «vaisseau fantôme » plonge dans un manque d’action totale. S’étalant sur près de 45 minutes, les deux premiers actes sont un bombardement de conversations filmées. Les différents archétypes d’usage creusent des personnages sans caractère, qui font semblant d’essayer de s’en sortir en se querellant stupidement avec leurs confrères. Le spectateur n’a qu’à se réveiller pour la finale plus vibrante.

Le plus déplorable de tout cela, c’est que la réalisation de Dix se noie dans un abus d’éclairages blafards, et qu’il échoue à donner une âme à ses créatures. Malgré la petitesse de cette production, les maquillages, qui tentent de reproduire le look de Nosferatu, sont passablement réussis.

Au niveau de l’interprétation, le jeu d’ensemble reste assez convainquant. Dommage que les rôles qu’ils interprètent manquent toutefois d’épaisseur.

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Horreur Québec
?
Ce site Web récolte de l'information via Google Analytics. Cliquez ici pour vous exclure.
×