S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Critique: Get Out
8.5Note Finale
Note des lecteurs: (2 Votes)
8.0

Au Québec, on a peu entendu parler de Get Out, le dernier thriller d’horreur de Jordan Peele qui prenait l’affiche le weekend dernier. Le film n’est présenté que dans quelques salles et uniquement en version anglaise, limitant ainsi la publicité entourant sa sortie. Avec les critiques qui circulent (certifié 100% sur le site de la tomate), gageons que le bouche à oreille s’est déjà chargé de faire son effet.

Chris (Daniel Kaluuya, Sicario, Black Mirror) fréquente Rose depuis quelques mois déjà. Lorsque cette dernière l’invite à passer un weekend chez ses parents, question de le présenter, Chris devient nerveux. L’homme de race noire appréhende la réaction de la petite famille, on ne peut plus blanche. Arrivé sur les lieux du magnifique domaine familial, il se rend rapidement compte que quelque chose ne tourne pas rond.

Rares sont les films d’horreur qui traitent du racisme. Pourtant, le sujet a de quoi faire frissonner et Peele, aussi au scénario, réussit à aborder la thématique tabou de manière extrêmement efficace. L’homme cite d’ailleurs le Night of the Living Dead de Romero en guise d’inspiration. Comme le personnage de Ben du classique de 1968, Chris devra surmonter certains obstacles liées à la couleur de sa peau.

C’est une première réalisation pour l’acteur/scénariste surtout connu pour ses comédies (Keanu); une claque inattendue en plein visage, créative et bien ficelée, qui nous tient bien jusqu’au dévoilement final. Et c’est lors du dernier acte que le film prend toute sa force. Moins on en sait, mieux c’est, mais préparez-vous pour une conclusion haute en rebondissements et éclaboussures de sang.

Le scénario construit autour de Chris un personnage plus complexe et profond qu’on aurait pu l’espérer. Le copain suspicieux devient infiniment plus intéressant une fois qu’on apprend d’où il vient. Et cette profondeur permet à l’acteur d’offrir une performance remarquable lors de certaines scènes-clés, notamment en compagnie de la mère de sa copine, une psychologue à l’agenda obscur. Mention spéciale à la trame sonore, inspirée de blues et de rythmes africains, qui vient appuyer à merveille ces moments de tensions et de malaises.

Get Out est une surprise que personne n’attendait d’un nouveau venu qu’il faudra maintenant surveiller de près; un scénario frais et original, qui dose humour et violence intelligemment, et dont le dénouement ne laissera personne indifférent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.