[Critique] I See You: capituler face à la logique

Note des lecteurs0 Note
2
Note Horreur Québec

Alors qu’il tente de pardonner à sa femme de lui avoir été infidèle, un policier enquêtant sur la disparition d’un petit garçon voit une série d’événements bizarres survenir dans la maison familiale.

I See You est un petit film indépendant qui nous est accessible dès maintenant en vidéo sur demande. Quand on voit une actrice oscarisée comme Helen Hunt (Twister, As Good as It Gets) figurer au registre d’une petite production de genre, on se dit rapidement qu’il s’agit ou d’un scénario hors pair, ou que la vedette est en période de vaches maigres.

I see you affiche film

Construit en deux segments pour magnifier le suspense et accentuer les surprises, la trame foisonne de bons flashs qui, au final, priorisent l’embuscade narrative à la cohérence logique. Il faut bien admettre que cette conclusion a quelque chose d’amusant sur le moment, malgré le fait qu’elle soit totalement dépourvue de cohérence lorsque l’on enchaîne les idées. Il faut accepter de jouer le jeu proposé et oublier la rigueur de certains casse-têtes parfaits comme The Sixth Sense.

L’autre bémol se présentant à nous face aux astuces mis en place pour nous berner se souligne par la présence plus timide de Hunt dans la seconde partie. Les acteurs prenant ainsi la relève lors de plusieurs scènes offrent un jeu plus primitif et diluent les effets du couronnement final. La réalisation d’Adam Randall (iBoy) n’est pas nécessairement incompétente, mais l’ensemble revêt un cachet télévisuel moins attrayant. Le maximum d’attention est porté aux scènes de révélations, ce qui est déjà un plus, mais certains passages semblent tournés sur le pilote automatique.

Si Helen Hunt est convaincante dans un rôle un peu trop superficiel, Jon Tenney est moins nuancé en flic tourmenté.

Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed