AAAABXEk23NpIi57CnY43FbowNKCxOMD 5PMLV79IspRVExwM19dx TEm1glrnfa AbxSf4czZgduZ6ZYps1OXRdZFDUMeSA e1641654924419

[Critique] Mother/Android: beaucoup de mère, peu d’androïde

En 2021, Chloë Grace Moretz ouvrait officiellement l’année horrifique dans l’un des divertissements les plus explosifs en mémoire. Notre «Carrie nouvelle génération» ne répétera pas toutefois l’expérience dans le thriller de science-fiction Mother/Android (Mère/Androïde), production Hulu écrite et réalisée par le cinéaste américain Mattson Tomlin (Solomon Grundy), qui arrive chez nous en ce début janvier via Netflix.

Dans un futur rapproché, après qu'un glitch ait transformé les androïdes qui nous accompagnent dans notre quotidien en véritable machine à tuer partout au pays, un couple — Moretz et Algee Smith (Judas and the Black Messiah) — traverse les États-Unis à la recherche d'un refuge. La jeune femme devra trouver un moment à travers le chaos pour mettre au monde son premier enfant. 
Mother/Android affiche film

Lorsqu’une production place un personnage sur le point d’accoucher dans un monde post- apocalyptique où il ne faut pas faire de bruit, les rapprochements avec A Quiet Place sont assez difficiles à éviter. Mother/Android emprunte en effet à beaucoup au genre, notamment au film de zombies classique, sans jamais aboutir à un produit original ou même divertissant.

Ce qui déçoit le plus, c’est qu’où on croyait avoir affaire à un film d’action haletant mettant en scène de dangereuses machines à tuer, le scénario s’attarde davantage sur la relation du duo durant leur cavale. La particularité aurait pu intéresser, si seulement ladite relation avait été un tant soit peu développée. On se retrouve ainsi plutôt devant un enchaînement de décisions douteuses, gracieuseté du personnage du conjoint détestable au possible, où on peine à saisir ce qui unit vraiment le couple. Et pendant ce temps, les fameux robots sont font beaucoup trop rares.

L’issue de Mother/Android présente peut-être un certain dénouement surprenant, mais gageons que devant la lenteur du périple, plusieurs auront abandonné avant la conclusion. Et c’est sans parler de l’épilogue, qui tente à tout prix de nous tirer une rivière de larmes, en vain. La performance convaincante de Moretz n’arrive pas au final à sauver ce pétard mouillé qui se prend trop au sérieux et ne satisfera pas une seconde son public cible.

Note des lecteurs12 Notes
Points forts
Deux ou trois maquillages d'androïdes réussis
La performance convaincante de Chloë Grace Moretz
Un certain punch qu'on n'avait pas vu venir
Points faibles
Trop peu d'action androïde
Un conjoint on ne peut plus stupide
Une finale larmoyante qui rate la cible
1.5
Note Horreur Québec
Rédacteur en chef

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Horreur Québec
?
Ce site Web récolte de l'information via Google Analytics. Cliquez ici pour vous exclure.
×