S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
[Critique] St. Agatha: l'attente encore et toujours
1.5Note Horreur Québec
Note des lecteurs: (3 Votes)

Dans les années 1950, une jeune femme enceinte cherche refuge dans un mystérieux couvent. Très vite, le lieu autant que les religieuses sur place lui causent un certain malaise, mais elle découvrira bientôt le terrible secret qui se cache dans ses murs.

St. Agatha paraissait dernièrement en vidéo sur demande et il faut bien admettre qu’il n’y a que peu de choses à en dire, sauf peut-être que des cure-dents risquent d’être nécessaires si vous voulez remporter cette guerre contre vos paupières qui s’alourdiront devant la projection.

St Agatha film afficheDepuis le temps que le cinéaste Darren Lynn Bousman se cherche un style, il commence à être temps que cette filmographie peu concluante qu’il transporte avec lui de film en film lui serve à quelque chose. Après des titres aussi discutables que Repo! The Genetic Opera et The Forest, le cinéaste semble lutter encore avec les mêmes démons pour nous proposer un film majeur. L’absence d’un scénario intéressant semble étouffer tous ses efforts de réalisateur, comme pour la plupart de ses films, qui aboutissent dans des séquences d’hallucinations mal barrées. La trame de St. Agatha pourrait tenir dans un biscuit chinois ou une carte de souhaits. Le spectateur est donc confiné à cette attente qui n’aboutira nulle part.

Une fois de plus, le manque de budget transparaît dans l’absence de minutie. Impensable, par exemple, de s’imaginer une religieuse de l’époque barbouillée de mascara et de rouge à lèvre rose bonbon, comme on le fait ici. Pleins de fautes de goûts du genre relèvent, par ailleurs, des petits anachronismes qui nous feraient débarquer de l’intrigue, si cette dernière avait su nous y faire plonger au départ. Ce qui reste le plus déprimant avec Bousman, c’est que le fan d’horreur en nous comprend sa démarche. On aime son utilisation des couleurs blafardes et son travail sur la bande sonore, mais jamais ses films ne semblent transcender les bonnes intentions pour devenir de bons films.

À défaut d’étonner, l’interprétation est acceptable. Les actrices ont très peu à se mettre sous la dent pour nous montrer ce qu’elles savent faire.

A propos de l'auteur

Jean-François Croteau

Bachelier en études françaises, et diplômé d’un majeur en études cinématographiques, Jean-François est un cinéphile assidu depuis son enfance. Fasciné par l’histoire du septième art, Il a toujours su conjuguer ses deux passions qui sont le cinéma et l’écriture. Administrateur de la page Facebook "Le club de l’horreur du Québec", il adore échanger sur le cinéma avec d’autres fans.

Articles similaires

Une réponse

  1. Avatar
    Custine

    On voit que Mr Croteau n’a rien compris du film! Etait-il bien éveillé en rentrant dans la salle ou s’est-il réveillé par intermittences pour nous fournir une critique hors de propos! Heureusement que ce ne sont pas les critiques qui empêchent auc spectateurs davoir leur propre opinion car le film mérite franchement meilleure critique. Si ce n’est pas votre style de film regardez plutôt les comédies romantiques!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.