S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
"Friday The 13th: The Game": guide de survie à Crystal Lake
7Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)
0.0

Les tentatives de transposer les boogeymans mythiques du cinéma d’horreur sous forme de jeux vidéo n’ont jamais connu de véritable succès. La qualité est rarement au rendez-vous. Prenons A Nightmare on Elm Street, sorti en 1990 sur la première console Nintendo. Les concepteurs ont su proposer des nouvelles idées pour l’univers de Freddy Krueger sans offrir toutefois une solide jouabilité. Le plaisir n’y était tout simplement pas. Notre célèbre Jason n’y fait pas exception et se récolte même la palme de l’un des pires jeux offerts sur la même console. Le défunt magasine Nintendo Power avait placé au sixième rang le Friday The 13th de 1989 dans son palmarès des jeux les plus médiocres.

En 2015, l’éditeur de jeu indépendant IllFonic travaillait sur Slasher vol.1: Summer Camp lorsque Sean S. Cunningham (le créateur de la série) l’a approché pour lui proposer les droits. La compagnie a sauté sur l’occasion et ainsi donné naissance à Friday The 13th: The Game. C’est également le retour d’Harry Manfredini (Swamp Thing, House) à la trame sonore, l’homme à l’origine de la fameuse musique associée à Jason. Avec l’apparition des bandes-annonces ultra violentes, les attentes étaient extrêmement élevées pour une expérience multijoueurs; car, pour l’instant, seule une jouabilité en ligne est disponible. Une campagne solo verra peut-être le jour d’ici la fin de l’été.

Les joueurs qui se sont procurés le jeu à sa sortie ont vécu la débandade d’IllFonic. Manifestement, la compagnie n’avait pas prévu un tel enthousiasme. Les serveurs n’ont pas survécu à la vague de joueurs pressés d’essayer cette nouvelle aventure à Crystal Lake. Découragés, plusieurs ont abandonné le bateau et c’est compréhensible. Attendre parfois plus de vingt minutes pour accéder à une partie en ligne est tout simplement inacceptable. Au moment de l’écriture de ces lignes, l’accès aux parties s’est grandement amélioré et l’attente varie de une à cinq minutes.

Le principe de Friday The 13th: The Game est fort simple. Vous incarnez soit un moniteur du camp tentant de survivre ou Jason, toujours assoiffé de vengeance. Avant toute chose, il est conseillé de lire les instructions dans le menu pour bien comprendre toutes les mécaniques du jeu. Un tutoriel aurait été toutefois grandement apprécié.

C’est ensuite le hasard qui décide de votre rôle. Par chance, vous pouvez spécifier si vous préférez être plus souvent un moniteur ou bien l’assaillant. Dans la peau du moniteur, vous devez tout faire pour survivre ou fuir. Vous avez accès à des voitures, un bateau ou contacter la police. Tommy Jarvis (Thom Matthews, Friday The 13th Part VI: Jason Lives), le rival de Jason dans les chapitres quatre, cinq et six, vient également en aide lorsqu’on le contacte via radio. Ce dernier est plus puissant que les autres moniteurs et arrive avec un fusil à pompe. Il est possible de débloquer plusieurs jeunes moniteurs, chacun ayant des particularités différentes. L’un peut courir pour une plus longue durée, d’autres peuvent avoir peur plus facilement ou encore posséder plus de point de santé. Des capacités pour améliorer votre personnage sont à votre disposition en échange de points accumulés pendant les parties.

L’entraide dans le groupe est souvent présente et nécessaire. Pour les novices dans le monde des jeux multijoueurs, posséder un micro pour aider ses coéquipiers s’avère un plus, mais pas une nécessité. Le niveau d’angoisse est étonnamment élevé. Ignorer où se trouve le meurtrier devient vite terrifiant. Les créateurs ont réussi à faire revivre l’expérience que l’on retrouve dans les films de la franchise. Le joueur se sent réellement poursuivi par Jason. Pour une plus grande immersion, les fans pourront explorer Crystal Lake, la cabane de Jason ou bien Higgins Haven, célèbre demeure des chapitres 3 et 4.

Incarner le mythique boogeyman se révèle une expérience jouissive; rien de plus satisfaisant que de décapiter de jeunes adultes. Les meurtres sont hautement graphiques et Jason peut interagir avec son environnement pour se débarrasser de ses victimes. La décapitation avec une fontaine s’avère particulièrement réussie. Plus vous accumulez vos points d’expérience, plus vous débloquerez différentes versions de Jason. Dès le départ, les Jason du chapitre 3 et 4 sont à votre disposition. Tout comme les moniteurs, des capacités peuvent être achetées, comme différentes façons de démembrer des personnages. Kane Hodder (Friday The 13th Part 7, 8 , 9 et Jason X) reprend son rôle pour la capture de mouvements et le travail est parfaitement exécuté: la démarche de Jason est reproduite à la perfection. Le joueur se sent bel et bien dans la peau du tueur à la machette.

Cependant, ne vous attendez pas à un jeu à la Battlefield ou Left 4 Dead. Friday The 13th: The Game n’a pas, pour le moment, la même qualité et ni la même diversité au niveau du contenu. D’abord, seulement trois cartes sont disponibles. Le joueur doit également se taper à maintes reprises la même cinématique à chaque début de confrontation. Pour certains, le jeu deviendra rapidement répétitif. Ceci étant dit, le jeu est en constance évolution et il est essentiel de souligner l’implication des créateurs. Ces derniers sont à l’écoute des commentaires et font de leur possible pour améliorer l’expérience interactive. Plusieurs bogues sont présents certes, mais ne nuisent jamais totalement à l’expérience du jeu. Par contre, avec tout ce qui se fait dans l’univers du jeu vidéo, les joueurs étaient en droit de s’attendre à un jeu davantage peaufiné. Retarder la sortie aurait peut-être été une solution pour éviter tout ce cafouillis.

La question à se poser est la suivante: est-ce que le jeu parvient à procurer du plaisir comme divertissement, malgré tous les obstacles? La réponse est évidente lorsque le joueur investit du temps et de la patience avec le jeu: c’est un gros OUI! Est-ce que l’engouement sera encore là d’ici quelques semaines ou mois? Peut-être pas, mais pour l’instant, on a juste envie de retourner terroriser des campeurs et c’est tout ce qui compte! Les créateurs ont su transmettre leur passion pour la franchise et l’amateur d’horreur ne peut pas faire autrement que les remercier.

Lisez aussi:
Top 13 Friday the 13th: les meilleurs moments de la franchise

4 Réponses

  1. Frederic Smith

    Très bonne critique de ce jeu. J’ai contribué par Kickstarter et participé à la phase beta.

    Pour ma part je suis déçu. Les graphiques ne sont pas à la hauteur de toutes ces images que les concepteurs ont fait miroiter depuis plus d’un an (et je joue avec les “settings” video à Epic). Les mouvements des personnages sont empesés. L’absence de tutoriel, notée ici dans cette critique, est effectivement à déplorer.

    Incarner Jason demeure l’aspect le plus intéressant. Mais je trouve un peu ridicule certains des pouvoirs qu’on lui donne, qui ne me semblent pas du tout cadrer avec le personnage des films. Comme si on avait voulu contourner cette invraisemblance fondamentale dans les films : Jason marche, il ne court pas, on peut donc se sauver facilement si on évite de se comporter en idiot et de se cacher sous le lit…

    Je suis aussi d’accord avec le fait que la sortie du jeu aurait dû être repoussée. Or elle l’a déjà été, par plusieurs mois, sous prétexte de l’ajout d’un mode “single player” qui n’est pas encore disponible…

    Répondre
    • Éric Arseneault

      Tout d’abord, merci pour votre commentaire!

      Bien d’accord avec le fait que les graphiques ne sont pas certainement à la hauteur et les autres points que vous apportez. C’est définitivement une des sorties les plus chaotiques que j’ai connues.

      Mais plus je jouais, plus mon plaisir augmentait. Je me suis surpris à crier à plusieurs reprises parce que Jason arrivait dans mon dos. Je ne suis pas un amateur de jeux en multijoueurs, mais celui-là a su me charmer. D’ailleurs, plusieurs “patchs” seront disponibles pour les différentes consoles.

      Bien hâte de voir comment le jeu va évoluer!

      Répondre
      • Frederic Smith

        J’admets avoir eu quelques sauts (souvent parce que Jason peut se téléporter…!). Je donnerai une autre chance au jeu dans quelques semaines, lorsque certains bugs seront corrigés.

        Au plaisir!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.