[Jeux vidéo] «The Dark Pictures: Man of Medan»: la croisière s’amuse

3.5
Note Horreur Québec

Les studios Supermassive Games, créateurs de Until Dawn, ont eu la brillante idée de développer une nouvelle franchise de jeu d’horreur: The Dark Pictures Anthology. Chaque chapitre sera indépendant l’un de l’autre et aura sa propre histoire, mais seront tous caractérisés par la même jouabilité, le quick time event (QTE), qui consiste à appuyer rapidement sur une touche ou faire un choix dans un lapse de temps très court. L’objectif restera le même tout au long de la série: garder vos personnages en vie ou pas, selon votre humeur.

Peu de temps après la Deuxième Guerre mondiale, un navire de l’armée américaine se voit dans l’obligation de transporter des boîtes au contenu mystérieux. Lors d’un violent orage, un éclair frappe le bateau et déclenche une folie meurtrière chez les passagers. Tout l’équipage meurt… de peur. De retour à notre époque, cinq jeunes aventureux plongent à la découverte d’une épave. Non seulement ils trouvent un avion militaire sous l’eau, mais, de retour à la surface, ils se font accoster par le fameux navire disparu. Les ennuis ne font que commencer!

Man of medan affiche

Comparativement à leur titre précédent, l’équipe de Supermassive Games offre aux amateurs de sensations fortes un scénario classique beaucoup plus efficace, concis et angoissant. Rien de révolutionnaire dans la narration, mais Man of Medan parvient à nous faire sursauter en proposant des moments d’ingéniosité. Certains trouveront que quelques jump scares tombent dans la facilité, mais ce sont tout de même des passages réussis. Le rendu des héros est visuellement bien exécuté, surtout en ce qui concerne Shawn Ashmore (Culture Shock), la vedette de cette histoire. Gros coup de coeur pour le curateur, interprété par Pip Torrens (Star Wars: Episode VII – The Force Awakens), qui offre son aide, au besoin, au courant de l’aventure. Ce personnage a du mordant: il est drôle, sarcastique et un brin nonchalant. On aurait souhaité un plus grand nombre d’interventions de sa part.

L’ajout du mini-jeu où l’on doit suivre le rythme cardiaque de notre personnage est rafraîchissant puisque le QTE peut vite devenir redondant. Autre nouveauté: le joueur est maître du développement psychologique de chaque aventurier. Par exemple, l’une des caractéristiques de Brad est qu’il est insécure. On a donc la possibilité de répondre aux questions en mettant de l’emphase sur ce trait. Cela fait en sorte que l’on s’attache à certains plus qu’à d’autres. Aussi, le joueur peut vivre l’aventure en solo ou inviter ses amis dans son salon. Jusqu’à cinq joueurs peuvent se partager la manette afin de contrôler leur personnage respectif, et ainsi prendre leurs propres décisions. L’option offre une autre dynamique au jeu, car il faut accepter les choix de ses coéquipiers. Autre possibilité, le joueur peut vivre l’aventure en ligne avec d’autres personnes qui possèdent également le jeu.

Quoique Man of Medan a peu de temps morts, on peut tout de même lui reprocher sa durée. Les joueurs termineront la partie en quatre ou cinq heures, ce qui est très court et à quarante dollars, c’est cher payé! Par contre, le jeu possède la qualité de son défaut; on a juste envie de refaire l’histoire en effectuant des choix différents. L’animation des personnages que l’on contrôle est toutefois désagréable. Leurs déplacements font étrangement penser aux premiers Resident Evil et demandent une certaine adaptation. Pour un jeu de 2019, c’est inacceptable.

Man of Medan est imparfait, mais son histoire et sa rejouabilité font en sorte qu’on peut aisément le recommander aux amateurs du genre. Attendez peut-être qu’il soit en solde. Quoi qu’il en soit, on a déjà hâte au prochain volet, Little Hope, dont la bande-annonce est maintenant disponible.

Le jeu est disponible sur PS4, Xbox One et PC.

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.