S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

On aime l’horreur quand elle est laide, mais rien ne fait plus fondre nos petits coeurs de glace qu’un personnage masculin au charme irrésistible qui crève l’écran. Célébrons la Saint-Valentin en rendant hommage aux spécimens les plus délicieux (et dangereux) de nos séries et films sanglants préférés.

Attention: cet article comprend des choix controversés et des jokes de matante!


Le méchant fucké: Severen (Bill Paxton) dans Near Dark

Le méchant fucké est un personnage récurrent de films d’horreur. Si les réalisateurs aiment souvent lui donner l’air tout croche et graisseux, ou carrément lui cacher la face avec un masque, il y a des exceptions, comme le personnage de Bill Paxton dans Near Dark. Avec ses lunettes de soleil et son coat en cuir, Severen est finger-lickin’ good (ha ha), mais il vaut mieux l’admirer de loin parce qu’il est un peu dangereux. Mettons que c’est pas le genre à nous amener regarder les pluies de Perséides un vendredi d’août après un spaghetti chez Pacini.

Dans le même genre: Alex (Malcolm MacDowell) dans A Clockwork Orange, Mark (Sam Neill) dans Possession, George Lutz (Ryan Reynolds) dans The Amityville Horror.

Le kick d’ado ultime: Zeke (Josh Hartnett) dans The Faculty

Zeke a mis la barre beaucoup trop haute pour tous les gars qu’on a côtoyés au secondaire. Il conduit une voiture sport, vend de la drogue distribuée dans des stylos Bic au frisé de That 70s Show, a besoin de ses lunettes juste quand il travaille dans son labo secret, combat les extra-terrestres et vous prend doucement le visage entre les mains avant de vous embrasser. Zeke est beau tout au long du film sauf à la fin, quand il est rendu footballeur et enlève son genre de partiel orange, mais ce bout-là dure même pas deux secondes alors c’est pas bien grave.

Dans le même genre: Glen Lantz (Johnny Depp) dans A Nightmare on Elm Street, Donnie Darko (Jake Gyllenhaal) dans Donnie Darko, Billy Loomis (Skeet Ulrich) dans Scream, Barry William Cox (Ryan Philippe) dans I Know What You Did Last Summer.

L’homme mûr: Sir Malcolm Murray (Timothy Dalton) dans Penny Dreadful

Après avoir été un père et un mari de marde, l’ex explorateur intrépide Sir Malcolm Murray essaie de se repentir en cassant la gueule de vampires et de sorcières avec sa gang de misfits (l’intrigue de Penny Dreadful est beaucoup plus compliquée que ça, mais on manque d’espace). Combattant expert, érudit et ridiculement sexy pour un septuagénaire, il est malchanceux en amour et aurait vraiment besoin d’une compagne non satanique pour réchauffer son petit coeur. Bonus: vous n’aurez pas à rencontrer sa famille PARCE QU’ILS SONT TOUS MORTS.

Dans le même genre: Abraham Whistler (Kris Kristofferson) dans Blade, Dracula (Christopher Lee) dans plein de films, Grandfather (John Dugan) dans The Texas Chainsaw Massacre (c’t’une joke).

L’amoureux transi: Eric Draven (Brandon Lee) dans The Crow

La rockstar sexy Eric Draven est prêt à tout pour venger son meurtre et celui de sa fiancée, y compris se relever des morts pour éliminer ceux qui les ont tués si injustement à la veille de leur mariage. Malgré leurs noms ridicules (Tin Tin, Funboy, T-Bird, Top Dollar), ses ennemis sont des criminels ultra dangereux qu’il détruit avec des super moves de kung-fu tandis que les balles font des ricochets sur sa poitrine puissante. On l’aime parce qu’il est fort, romantique et a du style, mais attention: ne le laissez pas emprunter votre eyeliner Kat Von D parce qu’il va en venir à bout vraiment vite.

Dans le même genre: Dracula (Gary Oldman) dans Bram Stoker’s Dracula, Glen Rhee (Steven Yeun) dans The Walking Dead, Angel (David Boreanaz) dans Buffy the Vampire Slayer.

Le leader un peu bad boy: Captain Miller (Laurence Fishburne) dans Event Horizon

On le connaît bien, ce type de personnage, mais peu d’acteurs l’incarnent aussi bien que Laurence Fishburne. Dans Event Horizon, le capitaine Miller garde son sang-froid même lorsque (SPOILER ALERT) Sam Neill se transforme en Hellraiser, Jon Bon Jovi* sort dans l’espace sans son costume d’astronaute et, bref, ça va mal à’ shop. Miller ne met pas douze ans à comprendre qu’ils auraient intérêt à partir au plus sacrant. En prime, il est un as du pep talk, avec des perles comme «Fuck this ship!». On aimerait ça qu’il nous prenne dans ses bras comme Baby Bear, mais sans le sang et les convulsions.

* Je sais que c’est Jack Noseworthy et non Jon Bon Jovi mais ils ont la même face alors who cares.

Dans le même genre: Seth Gecko (George Clooney) dans From Dusk Till Dawn.

Le baveux: Ash Williams (Bruce Campbell) dans la franchise Evil Dead

Bruce Campbell et son incomparable menton nous séduisent depuis 1981, depuis que son chum d’université Sam Raimi (cute aussi) a pris le cinéma d’assaut avec The Evil Dead et nous a donné celui qui serait couronné meilleur personnage de film d’horreur ever par Empire en 2013. Ash Williams est à son plus délicieux en womanizer nono mais courageux dans Army of Darkness, où il casse du démon avec sa chainsaw, son shotgun et sa chemise déchirée. Approchant la soixantaine, Ash est encore en business. Même avec un dentier, une ceinture lombaire et des one-liners de mononcle, on le trouve sexy. Faut le faire.

Dans le même genre: Private Hudson (Bill Paxton) dans Aliens, Jack Goodman (Griffin Dunne) dans An American Werewolf in London.

Le Néanderthal Sexy: R.J. MacReady (Kurt Russell) dans The Thing

Dans The Thing, le toujours très beau Kurt Russell se démarque avant tout par sa pilosité luxuriante. Lorsque la base scientifique du fin fond de l’Antarctique où il est pilote d’hélicoptère devient le terrain de jeu d’un organisme extraterrestre métamorphe, le viril R.J. MacReady essaie de garder toute sa tête et ses membres, lance-flammes à la main. On a d’yeux que pour sa barbe, le summum de la masculinité. Pour la garder aussi exubérante, il doit utiliser l’huile de Monsieur Fred.

Dans le même genre: Matt Hooper (Richard Dreyfuss) dans Jaws, George Lutz (James Brolin) dans The Amityville Horror.

Le gars avec des daddy-mommy issues: David (Kiefer Sutherland) dans The Lost Boys

Davis est une bête de mode des années quatre-vingt qui vit dans un impressionnant loft souterrain et se nourrit de sang et de mets chinois. Malgré son extraordinaire beauté et son teint de pêche, la vie avec David n’est pas facile: non seulement ses colocs sont toujours dans les jambes, mais il a de la graine de délinquant et aime faire des choses genre se suspendre en dessous d’un pont pendant qu’un train passe. Mais si on en croit son papa vampire, s’il est un peu turbulent, c’est parce qu’il a besoin d’une mère. Awww.

Dans le même genre: Norman Bates (Anthony Perkins) dans Psycho.

L’intellectuel: Hannibal Lecter (Mads Mikkelsen) dans Hannibal

Avec ses tailleurs impeccables, ses délicieux accords mets et vins et son goût pour l’opéra, Hannibal Lecter est la crème de la crème de l’intellectuel suave quand c’est Mads Mikkelsen qui se glisse dans ses chaussures Prada. D’ailleurs, comme il vit toute une bromance avec Will Graham (Hugh Dancy), qui n’est pas piqué des vers non plus, on peut espérer un trip à trois après un succulent foie gras au torchon – quand on ne sait pas que c’est de l’humain, ça ne peut pas être si pire. En tout cas, nous, il peut nous manger anytime (rire de matante).

Dans le même genre: Seth Brundle (Jeff Goldblum) dans The Fly, Jerry Dandrige (Chris Sarandon) dans Fright Night, Robert Neville (Will Smith) dans I Am Legend.

L’incomparable: David (Dan Stevens) dans The Guest

On ne va pas s’obstiner si The Guest est oui ou non un film d’horreur, Dan Stevens mérite amplement la première place. Sous prétexte d’avoir promis à leur fils décédé de veiller sur eux après sa mort, un ex-soldat se présente chez les Peterson, qui tombent immédiatement sous son charme. Nous aussi. David a une belle voix douce et réconfortante. Ses manières sont impeccables. Il fait la vaisselle et étend le linge. Il est juste assez musclé, genre pas au point d’avoir l’air d’une statue. Il sculpte une citrouille d’Halloween comme un as. Si quelqu’un vous achale dans un bar, il lui pète la face après lui avoir payé un «drink de fille». C’est aussi une machine à tuer malade dans la tête. Mais bon, personne n’est parfait.

Dans le même genre: personne.

 

Consultez également notre Top 10 des personnages féminins les plus séduisants de l’horreur!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.