Prisoners of the Ghostland 1

Nicolas Cage promet son film le plus fou avec «Prisoners of the Ghostland» de Sion Sono

Le réalisateur japonais Sion Sono (Suicide Club) se prépare à nous présenter son tout premier film tourné en langue anglaise.

Prisoners of the Ghostland fera sa première au Festival de Sundance le 31 janvier et mettra en vedette Nicolas Cage (Mandy, Colour Out of Space), Sofia Boutella (Star Trek Beyond, The Mummy), Nick Cassavetes (Face/Off) et Bill Moseley (3 From Hell).

Le cinéaste s’est entretenu avec Entertainment Weekly et insiste pour dire qu’il s’agit d’un film «très classique»:

C’est un film sur un héros. C’est vraiment simple. Cependant, les détails sont assez fantastiques et assez différents.

En effet, dans Prisoners of the Ghostland, Cage incarne un braqueur de banque libéré de prison par un riche seigneur de guerre, dit The Governor (Moseley), afin qu’il puisse localiser sa petite-fille adoptive disparue, Bernice (Boutella). Sono ajoute:

Le personnage a perdu sa mère quand elle était enfant et elle a été adoptée par le gouverneur. Le gouverneur a fait sortir le héros de prison pour qu’il aille sauver sa petite-fille. Si sa mission est accomplie, il pourra redevenir libre et s’en aller. Le piège du personnage de Cage? Il est attaché à une combinaison en cuir qui s’auto-détruira au bout de cinq jours à moins qu’il ne revienne avec Bernice.

On nous promet également que des samouraïs, des ninjas et des fantômes feront aussi partie de l’histoire. Le film verra également les retrouvailles de Cage et Cassavetes, qui avaient joué ensemble en 1997 dans Face/Off de John Woo.

Le personnage de Nick Cassavetes était autrefois partenaire avec le héros, pour des choses comme des vols de banque. Ce sont des personnages notoires dans le passé. Lors de l’un des vols de banque, le personnage de Cassavetes s’est fait prendre et le héros s’est enfui. Il a donc un ressentiment contre le héros.

Sono avait initialement l’intention de filmer Prisoners of the Ghostland au Mexique, jusqu’à ce que des problèmes de santé l’obligent à changer de plans.

J’ai eu une crise cardiaque avant de nous lancer dans le tournage. Je vivais à Tokyo et Nicolas Cage a lui-même suggéré: «Pourquoi ne pas tourner au Japon à la place?» Cela a donné beaucoup d’essence envers une rencontre entre l’est et l’ouest. C’est devenu très différent et très intéressant.

En parlant de son expérience avec Nicolas Cage, Sono révèle qu’il n’était pas stressé pendant le tournage du film.

Il est littéralement la personne la plus facile avec qui travailler au monde, à mon avis. Il n’agit jamais comme une star. Il a tout essayé pour rendre ce film génial pour Sion. Il a tout fait pour Sion. Je me sens vraiment fantastique. Génial. Juste pour que vous le sachiez, j’échange des textos avec Nicolas au quotidien et nous partageons ce bonheur que le film soit présenté à Sundance.

Pour ce qui est de Cage, il mentionne qu’il pourrait s’agir du film le plus fou dans lequel il a pu jouer.

EW partage en exclusivité une première image du film:

svg%3E

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Horreur Québec
?
Ce site Web récolte de l'information via Google Analytics. Cliquez ici pour vous exclure.
×