Wrongturn6 2

[⏪ On rembobine] «Wrong Turn 6: Last Resort»: un dépeçage paresseux qui sonne la glas

Note des lecteurs0 Note
2.5
Note Horreur Québec

«Je ne peux pas dire que j’étais fan de la série. Cela faisait partie du paysage du film d’horreur et je respectais la série, mais après le second volet, j’en ai perdu la trace.

— Frank H. Woodward

Un jeune homme part avec ses amis pour un séjour dans l’hôtel isolé en forêt dont il vient d’hériter. Voilà qu’un par un, les membres du groupe sont attaqués par des montagnards sadiques.

svg%3EIl paraît important de rappeler aux lecteurs la controverse entourant le long-métrage. Une photographie familiale d’une femme, disparue avant d’être retrouvée morte, serait visible dans le film. Vous devinez qu’aucun membre de son entourage n’avait accepté cette utilisation. L’actrice Sadie Katz a expliqué sa version de l’histoire en disant: «Notre producteur, dont la langue maternelle est l’anglais, a demandé aux assistants bulgares des affiches « personnes disparues » pour la scène devant l’épicerie. Sans aucune intention malveillante, les accessoiristes l’ont pris au pied de la lettre et sont allés sur le Web pour trouver des personnes véritablement disparues et faire des affiches.» Quoi qu’il en soit, le film a été retiré jusqu’à ce qu’on le remonte avec les images floues, mais la première version parue est devenue une rareté. L’actrice a d’ailleurs ajouté: «Les fans d’horreur sont devenus un peu excités parce que le phénomène a transformé leurs copies originales en objets de collection.»

Wrong Turn 6: Last Resort (Sortie fatale 6) est paru un peu plus d’une année après la sortie de Texas Chainsaw 3D, et le scénario de Frank H. Woodward tente certainement de voguer sur la même vague que ce dernier en y reprenant exactement le même synopsis. Non seulement on voit venir la finale avec ses gros sabots, mais la bêtise extrême de certains épisodes atténue les capacités d’épanouissement des délires gores habituels. C’est comme si cette facture d’exploitation et de gratuité que nous défendons depuis le premier film n’avait même plus la vigueur de jouir de son propre statut. Le scénariste Frank H. Woodward admet lui-même ne pas être le plus grand admirateur de la franchise et cela est visible. On sent qu’il veut changer certains angles entourant les personnages, ce qui a de quoi faire grincer les puristes qui raffolent de cette famille de psychopathes.

À la réalisation, Valeri Milev (Code Red) tente de mettre en valeur l’hôtel luxueux pour créer une ambiance, mais les effets ne sont pas toujours si convaincants. À défaut d’être viscéral dans sa manière de filmer la violence, le cinéaste réussit quand même à nous livrer certains meurtres imaginatifs.

Une fois de plus, la distribution n’est pas très reluisante. Les acteurs semblent tout droit sortis d’un film pornographique, mais comme ils ne sont que de la chair à abattre, on passe rapidement par dessus ce détail.

Au final, même s’il s’avère être le chaînon le plus faible de la franchise, Wrong Turn 6: Last Resort a au moins le mérite d’avoir quelques passages divertissants.

Wrong Turn 6: Last Resort Unrated

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Horreur Québec
?
Ce site Web récolte de l'information via Google Analytics. Cliquez ici pour vous exclure.
×