S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Critique: Scream: The TV Series Saison 1
7Note Finale
Note des lecteurs: (1 Vote)
8.4

En 1996, l’immense succès de Scream, du regretté Wes Craven, allait redonner un second souffle aux films d’horreur qui en avaient grand besoin en cette fin de décennie. Le maître de l’horreur nous a ensuite donné trois autres opus, certains plus réussis que d’autres. Profitant du succès de la franchise, le réseau MTV annonçait en 2015 son intention de présenter une série télévisée inspirée de la franchise; Craven agirait en tant que producteur exécutif sur le projet.

Dans la petite ville de Lakewood, un groupe de collégiens filment deux filles en train de s’embrasser et décide de mettre le tout sur Youtube pour les ridiculiser. Le soir même, l’une des intimidatrices est assassinée par un mystérieux personnage masqué. Emma Duval (Willa Fitzgerald, Alpha House), présente lors de l’enregistrement, deviendra l’obsession du tueur. Avec l’aide de ses amis, elle tentera par tous les moyens de découvrir qui se cache sous ce masque. Lakewood sera alors le théâtre de plusieurs meurtres et les adolescents découvriront que les habitants de la petite ville cachent plusieurs secrets.

15174462_10154142728676395_1515325561_n

Scream: The TV Series ne donne pas dans la subtilité et ne tente pas non plus de réinventer la roue. Ce qui ne veut pas nécessairement dire qu’on s’y ennuie pour autant, au contraire. On pourrait comparer la série à un gros sac de maïs soufflé qu’on ne peut s’empêcher que de dévorer. L’histoire prend la forme d’un whodunit classique et les scénaristes s’amusent à semer le doute sur chaque personnage. Si plusieurs finiront par trouver le coupable, la saison réserve tout de même quelques revirements intéressants.

Normalement, on aurait pu s’attendre à un ramassis de personnages stéréotypés, et c’est le cas, mais l’un d’entre eux sort pourtant du lot: Noah (John Karna, Premature), le geek du groupe. Malgré les stéréotypes habituels, on le représente comme un garçon dégourdi qui réussit même à se faire une copine! On salue l’effort. Les meurtres ne sont ni originaux, ni sanglants, sauf peut-être celui impliquant une machine pour creuser des tranchées. Ouch! La trame sonore est bourrée de chansons on ne peut plus génériques avec des groupes pour la plupart inconnus.

15218237_10154142728906395_789600820_n

Malgré tout, si vous êtes fans des films, plongez tête première dans cette série sans vous posez de questions! Pour les autres, si vous ne cherchez qu’à être divertis, ne boudez pas votre plaisir. On passe facilement par-dessus tous ses défauts et on se laisse aisément embarquer dans cette histoire rocambolesque. Scream: The TV Series ne se prend pas au sérieux et pourrait devenir pour certains un plaisir coupable assumé! Pourquoi changer une recette gagnante?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.