S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Critique: Clinical
4Note Horreur Québec
Note des lecteurs: (0 Vote)
0.0

Après Hush et I Am the Pretty Thing That Lives in the House, c’est au tour de Clinical, deuxième film anglophone pour le réalisateur français Alistair Legrand (The Diabolical, 2015), de voir sa sortie assurée en exclusivité sur Netflix. Le géant américain pèse de plus en plus lourd dans le milieu de la distribution…

Dre Jane Mathis (Vinessa Shaw, The Hills Have Eyes, 2006) est une psychiatre réputée pour soigner les troubles post-traumatiques. Un soir, une patiente dérape dans un élan de violence qui poussera la docteur à devoir prendre des vacances prolongées. De retour quelques mois après l’incident, un patient plus complexe que les autres se pointe à son bureau. Parallèlement, ses visions s’intensifient et la hantent plus que jamais.

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’après une entrée en matière sanglante assez saisissante, le retour en poste de Dre Mathis est plutôt ennuyant. Le manège devient rapidement répétitif lorsque les scènes enchaînent, le jour, des bribes de consultations et, le soir, les fameuses visions concernant l’ancienne patiente détraquée — des moments d’ailleurs très peu inspirés du film. Avec son nouveau client, la psychiatre tente de reconstruire la scène de l’incident qui l’a poussé à venir la consulter. Malheureusement pour le spectateur, le casse-tête n’a rien de bien palpitant à offrir, pas plus que la performance de Kevin Rahm (Mad Men), méconnaissable en patient défiguré.

La réalisation, inégale, n’arrive pas à nous plonger dans la détresse de ses personnages. On passe d’une caméra fixe à nerveuse à finalement carrément à l’épaule, comme si la direction artistique n’avait pas réussi à définir un style précis. Idem pour l’utilisation des flous ou de l’effet fisheye. Le résultat est confus et inefficace.

Un peu à l’image de cette conclusion finalement, qui nous propose un revirement boiteux qui viendra redéfinir l’expression «tiré par les cheveux». En bout de ligne, on vous conseille peut-être une autre thérapie que Clinical.

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.