[Critique] Itsy Bitsy: une araignée au plafond

3.5
Note Horreur Québec

Une infirmière qui a décidé d’emménager à la campagne avec ses deux enfants pour s’occuper d’un homme malade doit rapidement affronter une entité maléfique qui se manifeste sous la forme d’une araignée géante.

Itsy Bitsy paraissait dernièrement en vidéo sur demande et on vous suggère amplement de vous laisser capturer par cette toile de plaisir.

Itsy Bitsy affiche filmCe premier long-métrage de Micah Gallo, également responsable des effets spéciaux, offre un scénario en apparence simpliste, qui reprend au passage la structure du classique Arachnophobia. On souligne même la similitude en donnant au film le titre qui renvoie à une comptine pour enfants sur une araignée que récitaient les fillettes dans la production de Frank Marshall. Là où le film de 1990 centrait son action autour de la figure paternelle et ponctuait l’ensemble d’une série de personnages masculins cocasses et puissants, c’est maintenant au tour des dames d’affronter cette terreur sur huit pattes.

À travers cet amical pastiche, on propose une étude ludique de plusieurs archétypes féminins. Qu’il s’agisse de la sorcière de la légende, de cette mère qui aime un peu trop la pilule ou de cette policière maternelle, les héroïnes féminines sont présentées avec une grande sensibilité. Plusieurs péripéties manquent de personnalité, mais rien de si dramatique.

La réalisation de Gallo est assez rigoureuse. Le cinéaste est conscient des procédés qui ont fait le succès des films mettant en scène des bestioles dangereuses et il en utilise plusieurs à bon escient.

Dans la note, les acteurs sont très crédibles. Parmi eux, Bruce Davison (Willard), et Denise Crosby (Pet Sematary) semblent particulièrement à l’aise.

Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.