ScareMe 17

[Critique] Scare Me: éloge aux conteurs

Note des lecteurs2 Notes
3
Note Horreur Québec

Fred se plaît à dire qu’il est acteur, scénariste et réalisateur. En se réfugiant dans un chalet pour créer, il fait la rencontre de Fanny, une romancière qui possède un best-seller d’horreur à son actif. Les deux jeunes gens se lient d’amitié et se retrouveront au coin du feu au cours d’une panne d’électricité pour passer la nuit à se raconter des histoires en stimulant leur imaginaire et essayer de se donner la chair de poule…

Scare Me est le premier long-métrage du réalisateur et scénariste Josh Ruben, qui campe également le rôle principal (à l’instar de son personnage, ce dernier est réellement multidisciplinaire). Les spectateurs seront surement pris de court par la simplicité de la prémisse qui n’offrira ni plus, ni moins que ce qu’elle annonce: deux personnes qui passeront la nuit à se raconter des histoires dans le but assez loufoque d’effrayer l’autre. N’en déplaise, le film est très minimaliste; pas d’effets spéciaux, pas de maquillages, pas de scènes d’action abracadabrantes, seulement quelques effets sonores pour agrémenter les mimiques des personnages.

svg%3E

Un hommage aux dialogues

La production est portée de façon grandiloquente par le talent d’acteur de Ruben et d’Aya Cash, qui s’engagent dans une véritable mise en abîme; leurs personnages interprètent constamment d’autres personnages dans le but de transporter leurs histoire avec le plus de réalisme possible. La seule véritable épice du film réside dans une panoplie d’effets sonores qui viennent amplifier le jeu burlesque des personnages qui s’en donnent à cœur joie: d’une gestuelle désopilante, jusqu’aux sons de gorge gutturaux. Scare Me aurait probablement été encore plus délectable s’il avait pu prendre vie sur les planches d’un théâtre, car la démarche du réalisateur était clairement de véhiculer des histoires par la tradition orale, comme on le fait depuis toujours entre amis, sans artifices, au coin d’un feu.

On remarquera avec un sourire en coin deux caméos de comédiens de Saturday Night Live; Rebecca Drysdale dans le rôle d’une chauffeuse de taxi, et Chris Redd en livreur de pizza, qui prendra généreusement part à l’une des histoires.

En conclusion, Scare Me ne possède aucune artillerie lourde pour impressionner la galerie, mais reste un bel exercice de style dans cette facette qu’on retrouve en chacun de nous; l’envie de se raconter des histoires pour se donner une bonne frousse!

Scare Me - Official Trailer [HD] | A Shudder Original

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Horreur Québec
?
Ce site Web récolte de l'information via Google Analytics. Cliquez ici pour vous exclure.
×