superdeep shudder e1623845142920

[Critique] Superdeep: une descente interminable

Note des lecteurs6 Notes
1.5
Note Horreur Québec

Le Kola Superdeep Borehole (ou forage sg3), un projet de forage scientifique de l’Union soviétique débuté en 1970, consistait à creuser le plus profondément possible dans la croûte terrestre. Il s’agit aujourd’hui du point artificiel le plus profond de la planète. Une légende urbaine (Well to Hell) rattachée à l’expérience raconte que le projet a dû avorter, car les scientifiques en charge auraient littéralement atteint l’Enfer. On raconte même qu’ils ont pu enregistrer les cris tourmentés des damnés après avoir placé un micro dans le trou. Sur papier, un film d’horreur inspiré du mythe semble l’idée du siècle. Dans la réalité, il en est tout autrement.

Superdeep affiche film

Anya, une scientifique (Milena Radulovic), est envoyée en compagnie d’une équipe miliaire au plus profond du mystérieux tunnel vertical dans Superdeep (Kolskaya sverhglubokaya), production russe qui arrive en exclusivité dans le catalogue de Shudder Canada le 17 juin. Responsable de la mort de son collègue suite à l’essai d’un vaccin expérimental, Anya devra se rendre sur les lieux pour investiguer un accident. Une fois sur place, elle découvrira qu’un mal étrange se répand.

Si vous n’avez pas l’habitude de regarder des films doublés, la première chose qui frappe dans Superdeep est l’horrible post-synchronisation. Possiblement à cause de leurs accents trop prononcés, les dialogues des acteurs secondaires sont pour la plupart ré-enregistrés en studio dans des conditions plutôt amateures. Certains personnages livrent parfois même leurs lignes hors champ ou de dos afin d’atténuer l’effet. Ajoutez à cela des dialogues peu convaincants, qui servent plus souvent qu’autrement à nous expliquer ce qui se déroule à l’écran, et des performances archi-monotones de l’ensemble de la distribution et vous obtenez un résultat assez pénible à regarder.

Bien que la réalisation de Arseny Syuhin nous serve deux ou trois scènes de body horror notables au niveau des maquillages et prothèses, le scénario de la production — qui frôle le deux heures — aurait grandement mérité un resserrement. La vérité, c’est qu’aussi extraordinaire puisse paraître la mythologie derrière le Kola Superdeep Borehole, peu de ses éléments sont exploités ici. Superdeep enchaîne les scènes d’investigations confuses des lieux, qui ne mènent à rien de bien tangible, et c’est avec beaucoup d’ennui qu’on assiste à l’anéantissement excessivement routinier de ce groupe peu attachant. Les moyens de la production sont trop minces pour nous y faire croire, la science derrière l’intrigue ne colle tout simplement pas et la fiction qu’on tente de construire manque cruellement d’originalité.

Au final, Superdeep nous livre une finale pénible, en compagnie d’un monstre qu’on aimerait mieux oublier et d’un baiser qui vous fera crier sur votre sofa, seulement pas pour les bonnes raisons. De grâce, qu’on nous livre un film d’horreur plus ambitieux prochainement sur le sujet, Блин!

Superdeep - Official Trailer [HD] | A Shudder Original

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Horreur Québec
?
Ce site Web récolte de l'information via Google Analytics. Cliquez ici pour vous exclure.
×