The Baby Official Trailer HBO 1 38 screenshot

[Critique] The Baby: jeter le bébé avec l’eau du bénitier

Les enfants peuvent être de véritables monstres, et pas juste métaphoriquement! Voilà la métaphore au cœur de The Baby, la nouvelle comédie d’horreur d’HBO dont l’épisode final sera diffusé le 12 juin.

Les enfants n’ont jamais fait partie des projets d’avenir de Natasha (Michelle de Swarte). Elle préfère de loin boire et fumer avec ses amies, même si ces dernières, à son plus grand dam, sont de plus en plus nombreuses à s’assagir à cause de l’arrivée d’un enfant. Mais tout change lorsqu’un bébé lui tombe — littéralement! — dans les bras. Et la situation n’était pas assez fâchante, ce bambin dangereusement adorable a la fâcheuse habitude de tuer les adultes qui l’ont à leur charge. Incapable de s’en séparer, la trentenaire se retrouve engagée dans une course contre la montre pour sauver sa vie et réparer les liens qu’elle a brisés avec ses proches.
svg%3E

The Baby se donne pour mission de défaire le mythe de la maternité à travers le récit des hauts et des bas de femmes imparfaites. Certaines d’entre elles veulent désespérément devenir mères tandis que d’autres aimeraient ne jamais être tombées enceintes et que d’autres adorent prendre soin de leur progéniture. Amour inconditionnel, dépression post-partum, abandon d’enfant: malgré la courte durée de la série, les créatrices Siân Robins-Grace et Lucy Gaymer abordent avec sensibilité, empathie et profondeur différentes expériences de la maternité, tout en s’attardant sur les phénomènes du trauma intergénérationnel et de la responsabilité sociale. Sans forcer l’émotion, elles créent des moments touchants et parfois même crève-cœur.

Par contre, The Baby ne dit rien qui n’a pas encore dit par des œuvres parfois supérieures comme Prevenge, Eraserhead, The Babadook ou The Brood. Son sujet et sa façon de le traiter ne sont pas aussi originaux que l’affirme son marketing, ce qui n’empêche heureusement pas les spectateurs d’être investis dans l’histoire et de reconnaître l’important de démythifier la maternité, surtout dans le contexte présent où des millions d’Américaines pourraient perdre leur droit légal à l’avortement.

Divertissant avec leur format de trente minutes, leur montage bien cadencé, leur trame sonore et leur gore bien juteux, les épisodes n’arrivent toutefois jamais à être très drôles ou très épeurants. D’abord au rendez-vous, la tension s’essouffle à mesure que les attaques du bébé se répètent de façon à peu près identique. Les performances comiques d’Amira Ghazalla et de Michelle de Swarte, qui habite littéralement son personnage, ne suffisent pas à déclencher les rires assez souvent pour faire de The Baby une comédie réussie.

Produit par SISTER (Chernobyl) et Proverbial Pictures, The Baby ne réinvente pas la roue et ne remplit pas sa promesse de comédie d’horreur mordante, mais sa sensibilité, son rythme et ses personnages tous attachants (même le bébé!) en font tout de même une série bien réussie. La finale vous arrachera quelques larmes: ne manquez surtout pas sa diffusion le 12 juin sur les ondes d’HBO!

Note des lecteurs1 Note
Points forts
Émouvant sans morale ni mélodrame
Personnages attachants
Musique de Lucrecia Dalt
Points faibles
N'apporte rien de nouveau
Ni très drôle ni très épeurant
3
Note Horreur Québec
Horreur Québec
?
Ce site Web récolte de l'information via Google Analytics. Cliquez ici pour vous exclure.
×