[Critique] The Head Hunter: la collection de têtes

Note des lecteurs5 Notes
4
Note Horreur Québec

Un soldat médiéval, vivant dans une cabane en forêt, traque sans relâche toutes les créatures diaboliques environnantes dans le but de tuer le monstre responsable de la disparition de sa petite fille.

Alors que notre mode de consommation de film a opéré ce virage vers les plateformes, le cinéma d’horreur indépendant s’est vu offrir une nouvelle tribune. Comme nous le faisons souvent remarquer dans nos critiques, plusieurs œuvres qu’on nous y présente font l’objet d’un amateurisme décourageant et auraient été impossibles à distribuer, ne serait-ce que pour le marché de la vidéo. Voilà une exception.

C’est ce mois-ci que Shudder nous offrait l’un des plus beaux cadeaux de Noël de l’année aux fans de cinéma de genre, avec le long-métrage The Head Hunter. Ceux qui seront rebutés par le rythme plus lent de la trame n’ont qu’à se rabattre sur la trop courte durée de l’ensemble, tournant autour de 70 minutes.

Bien sûr, la trame en elle-même est un brin simpliste et certains plans plus sombres portent parfois à confusion durant les scènes d’action, mais c’est un bien moindre mal. Derrière ce fard de légèreté se faufile la véritable démarche d’un auteur qui semble avoir envie de susciter la peur en nous. C’est une denrée bien rare pour les films tournés avec les moyens du bord qui priorisent trop souvent la voie facile de l’humour gras.

Tenant le pari de mettre en scène un film d’horreur de monstres avec pratiquement un seul personnage, et très peu de dialogue, le réalisateur et scénariste Jordan Downey délivre une œuvre d’une grande qualité, où la beauté des images, la création d’atmosphère et le suspense s’y déploient avec maestria. On parle ici d’un budget de trente milles dollars pour trente jours de tournage, principalement au Portugal et en Norvège. Downey, qui signe aussi plusieurs effets visuels et maquillages, est une sorte de magicien, puisque le résultat ne laisse jamais transparaître le manque de moyens.

Dans le rôle de ce guerrier stoïque, l’acteur Christopher Rygh livre une prestation exceptionnelle.

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.