[Critique] «The Mermaid: Lake of the Dead»: une sirène sans queue ni tête

Note des lecteurs0 Note0
2

Durant son enterrement de vie de garçon se déroulant dans la maison que son père lui a léguée, un jeune homme se voit charmé par une étrangère alors qu’il décide d’aller se baigner dans un lac. Dès lors, apparitions et envoûtements sont au rendez-vous et sa future épouse tentera l’impossible pour le sauver.

Arrivait en Blu-ray/DVD et en vidéo sur demande cette semaine The Mermaid: Lake of the Dead, un long-métrage russe qui promettait de visiter le mythe de la sirène, trop peu souvent utilisé dans le cinéma d’horreur. La chose était d’autant plus alléchante, puisque nous sommes confrontés à un film étranger, produit en dehors du sceptre hollywoodien.

Malheureusement, cette incursion dans le folklore médiéval et scandinave est plus qu’inégale. Si on accepte le fait que cette sirène n’a aucune queue de poisson et qu’elle fait davantage office de spectre maléfique que de femme-poisson, difficile toutefois de passer sous silence l’absence d’enjeux horrifiques de ce scénario brouillon. Le récit nous livre carrément un carambolage de clichés ne servant qu’à provoquer des sursauts chez le spectateur.

Ce qui reste déplorable, c’est que la réalisation de Svyatoslav Podgaevskiy (The Bride) proposait un amalgame d’images poétiques qui aurait pu servir la légende que l’on aborde maladroitement. Sa mise en scène a toutefois ses limites et devient vite un pétard mouillé. Lorsque l’on visionne un film où l’abus d’effets-chocs devraient faire l’effet d’un champ de mine et que la seule chose à tressaillir sont nos paupières, nous sommes forcément face à un naufrage.

Même si les acteurs manquent de charisme, ils réussissent à être fonctionnels.

Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.