S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
[Critique] «The Mermaid: Lake of the Dead»: une sirène sans queue ni tête
2.0Note Horreur Québec
Note des lecteurs: (0 Vote)

Durant son enterrement de vie de garçon se déroulant dans la maison que son père lui a léguée, un jeune homme se voit charmé par une étrangère alors qu’il décide d’aller se baigner dans un lac. Dès lors, apparitions et envoûtements sont au rendez-vous et sa future épouse tentera l’impossible pour le sauver.

Arrivait en Blu-ray/DVD et en vidéo sur demande cette semaine The Mermaid: Lake of the Dead, un long-métrage russe qui promettait de visiter le mythe de la sirène, trop peu souvent utilisé dans le cinéma d’horreur. La chose était d’autant plus alléchante, puisque nous sommes confrontés à un film étranger, produit en dehors du sceptre hollywoodien.

Malheureusement, cette incursion dans le folklore médiéval et scandinave est plus qu’inégale. Si on accepte le fait que cette sirène n’a aucune queue de poisson et qu’elle fait davantage office de spectre maléfique que de femme-poisson, difficile toutefois de passer sous silence l’absence d’enjeux horrifiques de ce scénario brouillon. Le récit nous livre carrément un carambolage de clichés ne servant qu’à provoquer des sursauts chez le spectateur.

Ce qui reste déplorable, c’est que la réalisation de Svyatoslav Podgaevskiy (The Bride) proposait un amalgame d’images poétiques qui aurait pu servir la légende que l’on aborde maladroitement. Sa mise en scène a toutefois ses limites et devient vite un pétard mouillé. Lorsque l’on visionne un film où l’abus d’effets-chocs devraient faire l’effet d’un champ de mine et que la seule chose à tressaillir sont nos paupières, nous sommes forcément face à un naufrage.

Même si les acteurs manquent de charisme, ils réussissent à être fonctionnels.

A propos de l'auteur

Jean-François Croteau

Bachelier en études françaises, et diplômé d’un majeur en études cinématographiques, Jean-François est un cinéphile assidu depuis son enfance. Fasciné par l’histoire du septième art, Il a toujours su conjuguer ses deux passions qui sont le cinéma et l’écriture. Administrateur de la page Facebook "Le club de l’horreur du Québec", il adore échanger sur le cinéma avec d’autres fans.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.