[Fantasia 2019] Culture Shock: ne pas traverser les frontières

1.5
Note Horreur Québec

C’est devant une salle remplie à pleine capacité que la cinéaste Gigi Saul Guerrero (La Quinceañera) est venu présenter son Culture Shock à Fantasia. Ce dernier sert d’épisode à la série anthologique Into The Dark, présentée sur la chaîne Hulu aux États-Unis, qui utilise différentes fêtes du calendrier comme thématique. Ici, on souligne la fête nationale des Américains, le 4 juillet.

Une femme enceinte, Marisol (Martha Higareda, Street Kings), a espoir d’un avenir meilleur aux États-Unis. Voulant quitter le Mexique, elle fait appel à un homme peu recommandable pour traverser la frontière. Lors du voyage périlleux, les choses tournent mal et le groupe d’immigrants illégaux se fait prendre. Soudainement Marisol se réveille dans une chambre avec des vêtements bien agencés, parle maintenant anglais et a accouché d’une belle petite fille. Elle apprend avec stupéfaction qu’elle se retrouve dans une petite ville où les gens de la communauté sont d’une gentillesse débordante. Serait-elle en train de vivre le rêve américain ou serait-ce plutôt un cauchemar?

Culture Shock affiche film

La réalisatrice Mexicano-Canadienne déçoit énormément avec ce téléfilm riche en visuels, mais pauvre en contenu. Une attention particulière a été accordée au choix des couleurs pastels, tant pour le mobilier que les vêtements, nous offrant ainsi des images plaisantes et cohérentes. On ne peut toutefois pas en dire autant du scénario. L’épisode s’attarde trop longuement sur le récit de Marisol avant qu’elle ne tente de quitter le Mexique. On aurait voulu en voir davantage sur quotidien de notre héroïne au sein de la communauté utopique. Le concept, quoique peu original, demeure tout de même intéressant et s’avère être le décor idéal pour faire germer la paranoïa. Barbara Crampton (Puppet Master: The Little Reich), qui joue avec brio cette voisine inquiétante, vient ajouter à l’angoisse du spectateur.

Les scénaristes ont aussi manqué une belle occasion de traiter d’un sujet hautement d’actualité: les migrants illégaux. On effleure à peine le problème social et les arguments laissés sont plutôt faciles. La conclusion de l’histoire s’avère également extrêmement décevante, bâclée et clichée. Une scène impliquant Higareda et Shawn Ashmore (Mother’s Day) est digne des plus grands romans-savons tellement elle est sirupeuse et absurde. Le genre de dénouement qui vous fera certainement dire: tout ça pour ça!

C’est à se demander si Jason Blum, de la maison de production Blumhouse, a imposé certaines contraintes lors de la création de Culture Shock, tellement le résultat est formaté. Si les autres épisodes de cette anthologie sont du même calibre, plusieurs passeront leur tour. Meilleure chance la prochaine fois!

Note des lecteurs1 Note1.9
1.5
Note Horreur Québec
Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.