[Fantasia 2019] Knives and Skin: Lynch au féminin

4
Note Horreur Québec

Sur papier, Knives and Skin a tout pour plaire aux cinéphiles même s’il n’est pas vraiment un film d’horreur. C’est plutôt un film noir musical psychédélique qui semble inspiré de l’univers de David Lynch et remis au goût du jour avec des accents féministes et inclusifs.

Écrit et réalisé par l’Américaine Jennifer Reeder, il raconte l’histoire d’un groupe de jeunes du secondaire et de leurs parents après la disparition de l’adolescente Carolyn Harper, dans une petite ville du Midwest.

Knives and Skin affiche filmLes spectateurs seront inévitablement envoûtés par la musique signée par Nick Zinner des Yeah Yeah Yeahs et les versions a capella de chansons populaires des années 80 comme Blue Monday ou Promises, Promises. Ces passages musicaux qui frôlent la perfection se retrouvent parmi les moments plus forts du film, également excessivement stimulant visuellement avec ses couleurs magnifiques et vibrantes. Impossible de ne pas être happé par ces images stylisées extraordinaires. Certaines scènes, plus conceptuelles, se présentent comme un poème visuel qui rend hommage à la différence en s’éloignant des jugements trop faciles et des stéréotypes. Chaque détail des costumes et des maquillages ajoute à l’expérience visuelle très riche et hors norme.

Il faut aussi préciser que Reeder présente la découverte de l’amour au féminin de façon rafraîchissante, comme on ne l’a encore jamais vu. Une scène particulière dans les toilettes pourrait en déstabiliser plus d’un. Les actrices Kate Arrington (Ray Donovan) et Marika Engelhardt (Easy) jouent à fond les deux personnages les plus intéressants et les plus névrosés du lot.

Mais le film n’est pas sans défaut. Comme il aborde un nombre incalculable de thèmes, une confusion se crée et donne l’impression de se perdre dans une série de culs-de-sac qui ne mènent nulle part. On ne réussit pas vraiment à s’attacher aux personnages même si l’on aimerait ressentir un peu d’empathie pour eux. Leur sort nous indiffère, ce qui peut atténuer l’impact de ce que l’on cherche à nous dire. Il faut donc vraiment se laisser séduire par l’expérience cinématographique ou ses messages sociaux en général (ou les deux) pour en retirer une expérience satisfaisante.

Dans tous les cas, Knives and Skin est une expérience que l’on ne peut oublier et qu’il sera bon d’écouter plus d’une fois pour mieux en saisir toutes les nuances.

Consultez notre couverture Fantasia 2019

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.