lux eaterna

[FNC 2021] Lux Æterna: une redite bien huilée

Note des lecteurs0 Note
3
Note Horreur Québec

Lux Æterna devait nous être présenté l’an dernier Festival du nouveau cinéma, mais la pandémie en a voulu autrement. Le festival s’est heureusement repris cette année avec trois œuvres de Gaspar Noé plutôt qu’une.

Le film raconte les déboires chaotiques qui finissent par tourner au cauchemar sur le plateau de tournage d’un film sur des sorcières, dans lequel Charlotte Gainsbourg doit finir sur un bûcher. Ce long-métrage fictif serait la première réalisation de l’actrice Béatrice Dalle qui se lancerait en réalisation.

La première chose à savoir avant de se plonger dans Lux Æterna est qu’il s’agit d’une production de la maison Yves Saint-Laurent. Au début de 2019, le directeur artistique de la célèbre entreprise, Anthony Vacarello, a demandé à Noé s’il était intéressé à se faire financer un court-métrage. Aucune véritable condition n’aurait été instaurée, mais faire le film avec les égéries de la marque et montrer ses vêtements étaient fortement suggéré. Cela dit, ce film promotionnel de la bannière a le mérite de ne pas nous étouffer avec son placement de produits trop visibles. On y reconnaît bien sur des visages de la famille Saint-Laurent, mais nous sommes très loin des films américain qui nous bombardent de Coca Cola ou de logos Nike à n’en plus finir.

Lux Æterna (2019) - IMDb

Le scénario reprend évidemment une structure narrative calquée sur Climax, à l’exception qu’on a transféré le chaos sur un plateau de tournage, au lieu de le montrer dans une salle de danse. Si on est tenté de croire que ce bon vieux Noé manque assez d’inspiration pour se pasticher lui-même, il faut aussi avoir la grandeur d’esprit d’y comprendre l’autodérision qu’il impose à l’ensemble, ponctué du pied de nez qu’il fait autant aux producteurs qu’aux différents créateurs souvent portés vers le cinéma de divertissement dénué d’art. Maintenant, est-ce que c’est si pertinent? Connaissant le succès de Climax qu’il remâche d’une certaine manière, ne tombe-t-il pas lui-même dans ce qu’il dénonce? Sa démarche tente un peu trop de placer ce moyen-métrage sur la route des génies qu’il cite à l’écran. Noé veut-il nous souligner qu’il a leur grandeur? Certains prétendent l’exercice prétentieux, alors que d’autres y savoureront ces sommations.

Par ailleurs, cette idée de mettre en scène deux actrices reconnues pour leur implication dans des long-métrages exubérants accentue ce plaisir de voyeurisme, moins présent dans Climax. Le spectateur a beau comprendre qu’elles jouent toutes les deux, leur réputation fait qu’on a hâte de voir laquelle pètera les plombs la première. À sa manière bien à lui, Noé questionne aussi la place de la femme au sein de l’institut cinématographique.

La virtuosité de ce maître transparaît encore une fois dans sa réalisation. L’utilisation de split-screens et de longs plans à la Steadicam nous étourdissent presque avec la quantité d’informations à capter. Si le dernier segment abuse de stroboscopes, et que les maux de têtes s’en suivent, le résultat n’est pas moins une décapante décente aux enfers.

Charlotte Gainsbourg est irréprochable et nuancée comme toujours, face à une Béatrice Dalle délicieusement excessive.

Au final, Lux Æterna demeure fort sympathique, mais on sent toutefois que sa courte durée est probablement une bonne chose.

LUX ÆTERNA | Gaspar Noé | Trailer

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Horreur Québec
?
Ce site Web récolte de l'information via Google Analytics. Cliquez ici pour vous exclure.
×